Journée d’automne de la Société de Médecine des Voyages en visioconférence
Voyages et Émergences
Vendredi 11 décembre 2020

Compte rendu : Docteur Brigitte BIARDEAU, ACMS
www.acms.asso.fr

Conseils aux voyageurs âgés - Enquête d’observation au CVI de Bordeaux

Duc NGUYEN, Service maladies infectieuses et tropicales, CHU de Bordeaux

Cette communication est faite à partir d’une enquête observationnelle réalisée au CVI de Bordeaux pour un travail de thèse. La population d‘étude a concerné 414 voyageurs seniors après tirage au sort de 70 voyageurs sur chaque année de la période d’étude (soit de 2013 à 2108), après exclusion de 6 consultants qui n’avaient pas prévu de voyage.

Le nombre de seniors étant en augmentation progressive, les consultations des voyageurs âgés vont se multiplier.

Le voyageur senior international de cette consultation est d’un âge médian de 65 ans. Il s’agit le plus souvent d’un homme. Son séjour concerne souvent l’Afrique sub-saharienne (spécificité française) et habituellement l’Asie et l’Amérique du Sud.
Le voyage dure environ 15 jours. La consultation médicale avant départ est faite généralement trois semaines avant le voyage.

Le senior est un sujet à risque en raison de son immunosénescence qui favorise l’augmentation de l’incidence et de la gravité des infections, de ses éventuelles comobordités, du risque de décompensation d’une pathologie existante, de la malnutrition et du risque d’interaction médicamenteuse avec les traitements prescrits pour le voyage.
50 à 60 % des seniors voyageurs ont des antécédents médicaux (maladies cardiovasculaires, cancers, infections respiratoires chroniques ou diabète) et des pathologies chroniques notamment cardiovasculaires (31%) et de ce fait beaucoup de traitements. 57 % des seniors voyageurs utilisent 1 à 5 médicaments et 10 % plus de 5. Il faudra renforcer la collaboration avec le médecin traitant pour adapter les traitements médicaux.

Si le candidat voyageur est souvent immunisé en ce qui concerne la vaccination dTPca (diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche acellulaire), la couverture contre la grippe et le pneumocoque est généralement insuffisante.
Les vaccins spécifiques pour le voyage concernent le plus souvent la fièvre jaune, la fièvre typhoïde. La vaccination contre le méningocoque concerne les voyageurs se rendant à La Mecque.
La vaccination contre l’hépatite A est rarement nécessaire en raison de l’immunisation existante.
La prescription de chimioprophylaxie antipaludique est le plus souvent l’atovaquone-proguanil.

Au retour du voyage, les pathologies prises en charge sont les infections respiratoires (27%), les troubles gastro-intestinaux (21%), les troubles musculo-squelettiques(14%), les infections (5%).

Cette étude intéressante présente quelques biais cités par l’orateur : la population étudiée ne concerne que les voyageurs faisant des séjours internationaux avec obligation vaccinale et non tous les voyageurs seniors ; s’y ajoutent la non-exhaustivité des données (étude après tirage au sort) et un biais de mémorisation, en raison du recueil rétrospectif et déclaratif.