Maintien dans l’emploi et Santé au Travail : à propos d’un cas de greffe pulmonaire

Cas de Mme D., agent d’accueil

Madame D. travaille comme agent d’accueil, depuis bientôt vingt ans, dans une résidence pour personnes âgées.
Non fumeuse, elle souffre d’asthme depuis l’enfance et a développé une dilatation des bronches (DDB) (secondaire à une probable infection sévère dans l’enfance).

Longtemps, son état est resté stable, mais la situation s’aggrave au fil du temps avec hospitalisations multiples pour décompensations respiratoires.
Elle a néanmoins été toujours déclarée apte à son poste de travail jusqu’en 2011.

Depuis décembre 2010, elle est suivie pour insuffisance respiratoire chronique (BPCO et DDB). L’exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) montre un VEMS à 30% et un Tiffeneau à 49%. Elle bénéficie d’une oxygénothérapie de longue durée à domicile (1 litre/mn au repos et 2 litres/mn à l’effort).
En avril 2011, son état s’aggrave et en mai, devant la majoration de la dyspnée au repos, des expectorations, puis de l’apparition d’œdème des membres inférieurs et d’une douleur basi-thoracique, elle consulte dans le service de pneumologie d’un hôpital parisien.

Face à cette décompensation respiratoire sur surinfection bronchique, une ventilation non invasive est mise en place, associée à une corticothérapie de diminution progressive, une antibiothérapie, des séances de kinésithérapie respiratoire pluriquotidiennes et une oxygénothérapie.
La patiente s’améliore, mais l’état cardiaque devient préoccupant : son insuffisance respiratoire chronique obstructive sévère s’est compliquée d’un cœur pulmonaire chronique.

Devant ces éléments évolutifs péjoratifs chez cette patiente de 55 ans, il lui est proposé une transplantation pulmonaire.

La transplantation pulmonaire bilatérale est réalisée en décembre 2011.

Un suivi rigoureux est instauré dans les suites, émaillé de quelques incidents mineurs qui permettent de conclure que la situation est stable sans signe fonctionnel respiratoire.

Madame D. est reconnue travailleur handicapé à compter du 02/04/2012 avec comme commentaire :

« L’évaluation de vos capacités d’insertion professionnelle par la MDPH ( Maison Départementale des Personnes Handicapées) fait ressortir que vous êtes en capacité de travailler mais avec une aptitude réduite au travail du fait du handicap ».