Maintien dans l’emploi et Santé au Travail : à propos d’un cas de greffe pulmonaire

Conclusion

Le travail n’est pas qu’une contrainte ou une nécessité financière. C’est également un facteur d’intégration et de soutien moral. La réintégration au poste de travail permet à des salariés qui ont vécu des accidents de santé importants, de ne pas se voir pénalisés en perdant de surcroît leur emploi.
Dans le cas d’une greffe pulmonaire, il faut appréhender le monde d’une nouvelle manière, en y intégrant des impératifs notamment en terme d’hygiène.
Le soutien qui est apporté aux greffés est essentiel pour leur moral, tant au niveau familial, amical qu’au niveau professionnel.
La reprise du travail post-greffe dépend en premier lieu de la volonté du salarié. Elle doit être accompagnée par une équipe pluridisciplinaire disponible et efficace avec la collaboration étroite des équipes de soins.
Le service de santé au travail est alors un des maillons essentiels pour une reprise de l’activité professionnelle dans les meilleures conditions possibles.