Maintien dans l’emploi et Santé au Travail : à propos d’un cas de greffe pulmonaire

La vie après la greffe

Les patients doivent apprendre à vivre avec les médicaments anti-rejet, en respectant des précautions quotidiennes et en acceptant une surveillance renforcée. Les médicaments devant être pris à heure fixe, sont nombreux : traitements immunosuppresseurs, traitements contre les infections opportunistes, traitements contre les effets secondaires des traitements immuno-suppresseurs.

Après la transplantation, les personnes greffées sont plus vulnérables aux infections. Dans les deux à trois mois suivant l’intervention, il leur est conseillé d’éviter les lieux publics très fréquentés (cinémas, théâtres, restaurants,…) ou enfumés, et les contacts avec des personnes malades.

Des mesures d’hygiène et des adaptations du comportement sont nécessaires avec notamment port du masque, évitement du contact avec des personnes contagieuses, lavage régulier des mains, interdiction de fumer.

Le suivi impose notamment des contrôles réguliers de la fonction respiratoire, des bilans sanguins et un contact rapide avec le centre de greffe en cas de symptôme inhabituel (toux, fièvre, diarrhée …).

Greffe et crise sanitaire de la COVID-19

La pandémie de COVID-19 est également venue bouleverser le quotidien des patients greffés, qui sont bien sûr des personnes à risque de formes graves, du fait de la greffe et des traitements immuno-suppresseurs.