Symptômes évocateurs d’asthme chez les coiffeuses à Parakou, Bénin

Résultats

Caractéristiques démographiques, professionnelles et antécédents médicaux des sujets enquêtés

Au total, 266 coiffeuses ou apprenties coiffeuses ont été enquêtées. Leur âge moyen était de 23 ± 8,1 ans, avec des extrêmes de 14 et 50 ans. La durée médiane d’exercice dans la profession était de 2,0 (IQR=1 – 6) ans ; les extrêmes étaient 1 an et 32 ans. Parmi elles, 233 (87,6%) avaient une ancienneté de moins de 10 ans dans la profession ; 166 (32,4%) étaient des apprenties (Tableau I). Un antécédent personnel d’atopie a été rapporté par 90 (33,8%) d’entre elles, de rhinite allergique par 48 (18,2%), de conjonctivite allergique par 62 (23,3%), de dermatite par 18 (10,6 %), d’asthme personnel par 14 (5,3 %) et d’asthme familial par 42 (15,8).

Tableau I : Caractéristiques socioprofessionnelles des coiffeuses, Parakou 2018.

Effectif = 266 Pourcentages
Age
Age moyen (±DS) (en années) 23 (±8,1)
Extrêmes (en années) 14 - 54
Situation matrimoniale
Célibataire 155 (58,3)
Mariée 96 (36,1)
Union libre 12 (4,5)
Divorcée 3 (1,1)
Années d’exercice de la profession
[1-10[ 233 (87,6)
[10-20[ 32 (12,0)
[20 et plus [ 1 (0,4)
Statut professionnel
Apprenties 166 (62,4)
Patronnes 78 (29,3)
Ouvrières 22 (8,3)
Utilisation quotidienne de produits chimiques
Agents de fixation 260 (97,74)
Shampooings 258 (96,99)
Produits de défrisage 256 (96,2)

Prévalence des symptômes d’asthme

Pendant les 12 derniers mois, 27 (10,2%) coiffeuses ont eu des sifflements, 39 (14,7%) des essoufflements, 50 (18,8%) une toux. Les sifflements associés à une dyspnée sont survenus fréquemment chez 21 personnes (7,9%). Les trois symptômes à la fois pendant la crise ont été retrouvés chez 5 (1,8%) coiffeuses. Une authentique crise d’asthme a été rapportée par 13 d’entre elles (4,9%) alors que 20 (7,5%) ont déclaré avoir pris des médicaments antiasthmatiques (Tableau II).

Tableau II : Répartition des coiffeuses enquêtées selon la présence de symptômes d’asthme ou de prise de médicaments antiasthmatiques dans les 12 derniers mois à Parakou en 2018 (n=266)

Effectif Pourcentage (%)
Sifflements 27 (10,2)
Sifflements en dehors de grippe 18 (6,7)
Oppression thoracique ou dyspnée 39 (14,7)
Sifflements + dyspnée 21 (7,9)
Toux 50 (18,8)
L’un au moins des 3 signes 67 (25,2)
Association sifflements, oppression thoracique et toux 05 (1,8)
Crise d’asthme 13 (4,9)
Prise de médicaments contre l’asthme 20 (7,5)

Symptômes d’asthme liés au travail

Sur les lieux de travail, au total, 46 (17,3%) coiffeuses avaient fréquemment eu de la toux, 26 (9,8%) des sifflements et 33 (12,4%) des difficultés respiratoires. Au total, 63 (23,7%) d’entre elles ont eu au moins un symptôme respiratoire déclenché dans le salon de coiffure. Parmi elles, 32 (50,8%) avaient noté une amélioration des symptômes pendant les congés. Ainsi, 32 (12,0%) coiffeuses avaient un asthme lié probablement au travail. Les arguments pour un asthme probablement professionnel étaient retrouvés chez 22 (8,3%) des coiffeuses et ceux pour un asthme aggravé probablement par le travail chez 10 (3,8%) d’entre elles.

Facteurs associés à l’asthme chez les coiffeuses

Après analyse multivariable par régression logistique multiple, un antécédent familial d’asthme (ORa=8,2 ; IC95%=2,8 – 25,9) et un antécédent de rhinite allergique (ORa=6,7 ; IC95%=1,9 – 24,7) étaient associés à un diagnostic d’asthme professionnel probable, après ajustement sur un antécédent de conjonctivite allergique, d’eczéma, d’utilisation de produits de coloration et de permanente (Tableau III).

Tableau III : Facteurs associés à un asthme professionnel probable après analyse bi puis multivariées chez les coiffeuses enquêtées à Parakou en 2018.

ORb= Odds Ratio brut ; Ora = Odds Ratio ajusté si p< 0,20 en analyse bivariée ; IC95%= Intervalle de Confiance à 95%. Les coiffeuses ayant, en plus, un antécédent ne sont pas incluses.

Connaissance du risque respiratoire des produits manipulés

Parmi les 266 coiffeuses enquêtées, 69 (26,0%) avaient connaissance qu’au moins un des produits manipulés (coloration, défrisage, fixation, permanente, shampooings) pouvait déclencher ou aggraver un asthme. De plus, aucune des coiffeuses ne portait de masque respiratoire ou de bavette au cours des différentes opérations.

Activités de prévention de l’asthme lié au travail chez les coiffeuses

Dans la ville de Parakou, comme dans tout le pays, les coiffeuses sont organisées en associations. En collaboration avec les responsables de ces associations, il a été organisé des séances de sensibilisation sur les risques liés aux produits manipulés, le port d’équipement de protection individuelle et notamment le masque respiratoire en cas de manipulation de certains produits, la reconnaissance de symptômes évocateurs d’asthme et la nécessité d’un suivi médical en cas de symptomatologie évocatrice. Les réunions des associations pourraient constituer un relais pour la sensibilisation.