Symptômes évocateurs d’asthme chez les coiffeuses à Parakou, Bénin

Mênonli Adjobimey1,2*, Serge Ade3, Rose Mikponhoue1, Houéfa Adanto4, Ibrahim Mama Cisse5, Vikkey Hinson1 Gildas Agodokpessi2

1,2*Adjobimey Mênonli menoladjobi@yahoo.fr 01 BP2157 ou 01 BP188 Cotonou, Unité de Recherche et d’Enseignement en Santé au Travail et Environnement (URESTE) /FSS/UAC ; Centre National Hospitalier Universitaire de Pneumo-Phtisiologie de Cotonou (CNHU-PPC)
3Ade Serge adeserg@yahoo.fr Unité de Pneumologie de la Faculté de Médecine, Université de Parakou, Bénin
4Adanto Houefa houefaadanto7@gmail.com Ecole Nationale de Formation des Techniciens Supérieurs en Santé Publique et en Surveillance Epidémiologique Université de Parakou, Bénin.
1Hinson Vikkey Antoine hinsvikkey@yahoo.fr 01BP188 Cotonou URESTE /FSS/UAC
1Mikponhoue Rose Christelle Nayeton nayetoon@yahoo.fr BP1305 Abomey Calavi 01BP188 Cotonou URESTE /FSS/UAC
5Mama Cisse Ibrahimonjourna@gmail.com, Unité de Formation et de recherche en Santé au Travail, Ecole de Médecine de Parakou, Bénin
2Agodokpessi Gildas aggildas@yahoo.fr, Centre National Hospitalier Universitaire de Pneumo-Phtisiologie de Cotonou (CNHU-PPC)
*Auteur correspondant : Adjobimey Mênonli, menoladjobi@yahoo.fr

Résumé 

Introduction
La coiffure fait partie des professions qui exposent le plus à l’asthme professionnel. L’objectif de l’étude était de déterminer la prévalence et les facteurs associés aux symptômes d’asthme chez les coiffeuses en 2018 à Parakou, au Bénin.
Méthode
Une étude transversale a été menée dans les ateliers de coiffure. Il a été procédé à un échantillonnage en grappes. Les données ont été collectées à l’aide d’un questionnaire renseignant sur les symptômes d’asthme au cours des 12 mois précédents. ( demander à l’auteur le questionnaire)
Résultats
Au total, 266 coiffeuses de 72 ateliers ont été incluses. Leur âge moyen était de 25,7±15,9 ans avec une ancienneté médiane de 2,0 ans. La prévalence d’au moins un symptôme d’asthme était de 25,2%. La prévalence d’un asthme probablement lié au travail était de 12,03%, celle d’un asthme professionnel probable de 8,27% et celle d’un asthme aggravé par le travail de 3,8%. Un antécédent familial d’asthme (ORa=8,2 ; IC95%=2,8 – 25,9) et personnel de rhinite allergique (ORa=6,7 ; IC95%=1,9 – 24,7) étaient associés aux symptômes d’asthme professionnel. Parmi elles, 69 (26,0%) savaient que les produits utilisés en atelier pouvaient entrainer des troubles respiratoires. Plusieurs séances de sensibilisation ont été effectuées à l’attention des coiffeuses.
Conclusion
Les symptômes d’asthme sont fréquents parmi les coiffeuses à Parakou. Elles sont peu informées des risques respiratoires encourus ; d’où la nécessité d’une meilleure sensibilisation

Abstract:Asthma related-symptoms among female hairdressers at Parakou, Benin 

Introduction
Hairdressing is one of the professions that exposed most to occupational asthma. The objective of this study was to determine the prevalence and factors associated with asthma symptoms in female hairdressers at Parakou, Benin.
Methods
This was a cross-sectional study that was conducted in hairdressing shops. Cluster sampling was conducted. Data were collected using a questionnaire that provided information on asthma symptoms over the previous 12 months.
Results
A total of 266 hairdressers from 72 shops were included. Their mean age was 25.7±15.9 years with a median duration in the profession of 2,0 years. The prevalence of at least one asthma symptom was 25.2%. The prevalence of probable work-related asthma was 12.0%, that of probable occupational asthma was 8.3% and the prevalence of probable aggravated asthma was 3.8%. A family history of asthma (aOR=8.2; IC95%=2.8 – 25.9) and personal allergic rhinitis (aOR=6.7 ; IC95%=1.9 – 24.7) were associated with occupational asthma symptoms. Of them, 69 (26.0%) were aware that chemical products used during hairdressing may cause respiratory disorders. Many sensibilization sessions were done on hairdresser’s asthma risk.
Conclusion
Asthma symptoms are common among hairdressers at Parakou. There are insufficiently informed on the potential respiratory disorders that can occur after exposure, advocating for more awareness among these professionals.