Évaluation des risques liés à la manutention manuelle et aux gestes répétitifs dans une pharmacie hospitalière de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Résultats

Entre Avril et Juin 2017, 33 postes de travail ont été observés sur les 12 secteurs d’activité de la pharmacie.
Quatre postes de travail dont « livraison journée/soir, réception, livraison DJIN, AP- réserve » avaient les scores globaux les plus élevés, soit respectivement 30, 30, 27 et 25 (tableau 1)

Tableau 1 : le score global de chaque poste de travail étudié, par secteur d’activité

* T2A : Tarification à l’activité

* MDS : Médicaments Dérivés du Sang

* EC : Essais cliniques

Les postes de travail à plus forte pénibilité ont été identifiés dans les tableaux 2 et 3.
Sur 33,33% des postes étudiés, les tâches effectuées étaient d’une pénibilité moyenne et 67,67% d’une pénibilité faible pour les agents.

Les 11 postes, soit 33% moyennement pénibles (score global compris entre 17 et 35) classés par score descendant sont « livraison Journée/Soir, Réception, livraison-DJIN, AP-réserve, Dispensation-préparation des bacs, DJIN-box piker, DJIN-opérateurs robots, DJIN-validation, AP-étiquetage, AP-filtration et Dispensation-contrôle » (Tableaux 2 et 3).

Tableau 2 : Répartition des postes selon la pénibilité

Tableau 3 : Identification des postes de travail à plus forte pénibilité

Les facteurs de risque ont été répartis par catégories de risque.

Lors de la réalisation des tâches :

  • 51,52% des postes nécessitaient d’étendre les bras loin vers l’avant, à plus de 40 cm du corps pour saisir la charge.
  • 39,39% nécessitaient de pencher le tronc vers l’avant.
  • 12,12% nécessitaient d’incliner le tronc sur le côté pour manipuler un objet à une main.
  • Pour 33,33% des postes, les agents manipulaient des objets dont ils avaient mal estimé le poids. Sur 27,27% des postes, ils manipulaient des objets dépassant 25 kg pour les hommes en position débout, 15 kg pour les femmes en position débout ou 4,5 kg en position assise.
  • Lors du transport de charges, 45,45% des postes nécessitaient de parcourir une distance de plus de 2 m (en cas de manutention répétitive) et 6,06% empruntaient un trajet comportant des obstacles et/ou des inégalités du sol mais sans franchissement de dénivellations (marches, escaliers, plans inclinés...).
  • Seulement deux postes « réception et AP-réserve » nécessitaient d’effectuer la poussée ou la traction (chariot ou trolley) de charges susceptibles de dépasser 600 kg pour un transpalette ou 300 kg pour un chariot.
  • Lors de l’organisation, 42,42% des postes nécessitaient d’exécuter des tâches en urgence et 40% des postes comportaient des tâches de manutention répétitive, monotone de façon fréquente ou continue.