Qu’attendre de la sérologie Covid-19 en période de déconfinement ?

CONTACT PRESSE : Virginie Gustin+33 (0)6 62 52 43 42 virginie.gustin@academie-medecine.fr
ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE, 16 rue Bonaparte -75272 Paris cedex 06
Site : www.academie-medecine.fr/ Twitter : @Acadmed
Communiqué de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie nationale de pharmacie, 20 mai 2020

Dans un communiqué commun, l’Académie nationale de médecine et l’Académie nationale de pharmacie souhaitent que dans un contexte de forte demande de tests sérologiques, notamment "par des travailleurs professionnellement exposés et plus largement, par de nombreuses personnes inquiètes, soucieuses de connaître leur statut immunitaire, l’accès aux tests doit rester contrôlé, afin d’éviter toute dérive comportementale que pourrait induire une mauvaise interprétation des résultats".

L’objectif de ces tests est de détecter la présence d’anticorps, témoins d’une immunité potentielle face au Sars-CoV-2, mais sans que cette immunité "ne permette de prévoir avec certitude que la personne sera protégée en cas de réinfection".

L’Académie nationale de médecine et l’Académie nationale de pharmacie recommandent ainsi :

  • que seuls les tests qui seront recommandés par les CNR et validés par le Ministère de la santé et des solidarités soient utilisés, qu’il s’agisse de tests unitaires ou de tests ELISA ;
  • que les enquêtes séro-épidémiologiques en population soient coordonnées par les ARS et que chaque personne recrutée soit informée personnellement et confidentiellement de son statut sérologique ;
  • que les tests sérologiques Covid-19 ne soient effectués ni sur simple demande individuelle, ni sur l’injonction d’employeurs ;
  • que les tests sérologiques soient effectués uniquement sur prescription médicale, le médecin généraliste devant juger de leur nécessité après consultation ou téléconsultation ;
  • que les médecins prescripteurs aient accès à des algorithmes d’interprétation les aidant à commenter les résultats de leurs patients, à demander si nécessaire des examens virologiques complémentaires et à en tirer les conséquences éventuelles ;
  • que le rendu d’un résultat positif ne donne pas lieu à l’établissement d’un "certificat de séropositivité" ou d’un "passeport immunologique" ;
  • que le secret médical soit scrupuleusement préservé.