Réforme de la Santé au travail

Le Quotidien du Médecin, Hebdo, 2021, n°9889
Une proposition de loi a été adoptée dans l’hémicycle à la mi-février en première lecture portée par des députés de la majorité.
Elle propose le renfort de médecins de ville volontaires formés à la médecine du travail à qui serait délégué le suivi simple des salariés en lien avec le service de santé au travail.
Les infirmiers formés spécifiquement en santé au travail assureront des missions déléguées par le médecin du travail et pourront exercer en pratique avancée pour assurer certaines visites périodiques.
Parallèlement, des kinésithérapeutes libéraux et des ergothérapeutes pourraient intervenir afin de sensibiliser les salariés aux TMS ou aux effets délétères de la sédentarité.
Elle prévoit l’accès des médecins et infirmiers du service de santé au travail au dossier médical partagé (DMP) du salarié après consentement exprès de ce dernier .
Elle institue une visite de mi-carrière (pour sensibiliser aux enjeux du vieillissement au travail et évaluer les risques de désinsertion professionnelle) et crée un " rendez-vous de liaison " pour préparer le retour à l’emploi d’un salarié après un long arrêt de travail.
Elle prévoit pour les services de santé au travail, la promotion de la santé par les campagnes de vaccination et de dépistage, (ce qui se pratique déjà pour faire face à la pandémie de Covid-19).