Intérimaire, un emploi pas très sûr

PIC, Protection Individuelle et Collective. - 2008. - N° 50. - Pages 30-35

Le travail temporaire qui a explosé dans les années 1980 continue de progresser depuis et concerne toutes les catégories socioprofessionnelles.

Le secteur représente 3,3 % de la population active en 2005. Près de 2 millions de personnes ont accompli au moins une mission d’intérim en 2006. La durée moyenne d’une mission est de deux semaines ; les intérimaires travaillent en moyenne six mois dans l’année et un tiers d’entre eux occupe un emploi pendant dix mois ou plus. 70 % des intérimaires sont des hommes et 44 % d’entre eux ont moins de 25 ans. Ils occupent pour 80 % d’entre eux des emplois d’ouvrier et sont exposés à un niveau de risque élevé. La mission étant chaque fois nouvelle, ils doivent s’habituer à des conditions différentes et de ce fait les intérimaires sont plus exposés aux accidents et aux maladies professionnelles (taux de fréquence et taux de gravité deux fois plus important chez les intérimaires que ceux observés pour l’ensemble de l’effectif salarié bien que depuis 2000, on enregistre une tendance à la baisse des taux de fréquence des accidents du travail dans cette population).

L’agence d’intérim doit être performante et développer une véritable expertise dans la délégation de personnel répondant parfaitement aux spécificités et aux exigences des sociétés utilisatrices.

Cela revient à dire que l’agence doit être capable d’appréhender correctement les besoins et contraintes des clients et être attentive aux problèmes de sécurité auxquels l’intérimaire sera exposé. L’entreprise utilisatrice quant à elle doit être précise dans la définition des compétences requises pour la mission à remplir ; elle sera performante en ce qui concerne l’accueil de l’intérimaire qu’il faudra sensibiliser dès son arrivée aux consignes de sécurité, former et informer quant aux risques du poste de travail qu’il va occuper. Les intérimaires ont droit à une formation professionnelle visant à améliorer leur accès à l’emploi durable. Néanmoins, l’intérim reste un secteur où la formation professionnelle est moins développée que dans les autres branches.

(publié le 30 janvier 2009)