Le bruit dans les bureaux ouverts : comprendre pour agir

M. Pierrette, P. Chevret Références en Santé au Travail, 2020, n°163, pp 27-33. Bibliographie
Le questionnaire GABO (Gêne Acoustique dans les Bureaux Ouverts) explore le ressenti et le bien-être des salariés travaillant dans des bureaux ouverts ou open-spaces. Il a été élaboré par l’INRS et le Laboratoire de Vibrations et Acoustique (LVA) de Lyon. Il est libre de droits et à disposition des entreprises sur le site de l’INRS.
Les résultats collectés entre 2014 à 2019 concernent 28 bureaux ouverts répartis dans 14 entreprises différentes. 55% des occupants sont des hommes ; la moyenne d’âge est de 42,6 ans, 75% des salariés ont plus de 5 ans d’ancienneté au sein de l’entreprise et 67% disent partager leur espace de travail avec au moins 16 autres personnes et surtout 30% pour au moins 50.
Sur une échelle de 1 à 5, les salariés ont majoritairement entouré les niveaux 4 et 5, tant pour l’intensité sonore perçue que pour la gêne ressentie, alors que les niveaux de bruits mesurés dépassent rarement 65 dB(A).
Mais le niveau de gêne n’est pas le même selon le type de bruit et c’est l’ensemble des conversations intelligibles, (c’est à dire les conversations d’autrui qui peuvent être entendues distinctement et comprises) qui constitue la principale source de gêne sonore dans les bureaux ouverts.
A cela s’ajoute l’environnement de travail : les ambiances lumineuse et thermique et le sentiment de pouvoir contrôler son environnement physique de travail est un facteur important dans l’évaluation de la gêne sonore. Plus le niveau de satisfaction augmente, plus le niveau de gêne sonore diminue et inversement.
Ces résultats ne touchent pas seulement les personnes sensibles au bruit en général.
Concernant la santé perçue, 28% se jugent en bonne santé, 57% en santé moyenne et 15% en mauvaise santé. Si les scores de santé psychologique et de santé physique sont significativement corrélés avec le niveau de gêne sonore, les corrélations restent faibles et ne permettent pas d’identifier clairement un lien de cause à effet.
(publié le 12 novembre 2020)