Travailler dans une ambiance thermique chaude

L. Robert, E. Turpin-Legendre, J. Shettle, C. Tissot, C. Aubry, B. Siano Références en Santé au Travail, 2019, n°158, pp. 31-55. Bibliographie
De nombreux travailleurs sont concernés par les ambiances de travail chaudes : les professionnels qui travaillent à la chaleur de façon plus ou moins permanente et les personnes qui travaillent à l’extérieur en été.
Cet article aborde les aspects physiologiques concernant l’homme et la chaleur (les mécanismes des échanges thermiques et les facteurs physiologiques influençant la thermorégulation que sont l’acclimatation, la condition physique et l’activité physique, l’âge, le genre et le rythme nycthéméral).
Les effets sur la santé se caractérisent par des manifestations directement liées à la chaleur (dermite de chaleur, œdème des extrémités, crampes de chaleur, syndrome d’épuisement-déshydratation, coup de chaleur), aggravées par différents facteurs que sont certaines pathologies neuro-psychiques, respiratoires, cardiovasculaires, rénales, endocriniennes ou métaboliques ou certains médicaments. Enfin la chaleur peut altérer les performances cognitives, constituant un facteur de risque d’accident du travail par baisse de la vigilance.
L’évaluation des risques se fait par la mesure de la contrainte thermique ou la détermination de l’astreinte thermique au poste de travail, processus détaillés dans cet article.
Les mesures de prévention doivent être intégrées dès la conception des locaux, auxquelles doivent s’ajouter des mesures d’organisation du travail, d’information et de formation. Le service de santé au travail apportera son expertise et sa compétence en collaborant avec l’employeur et le comité social et économique quant à l’information des salariés et à l’organisation des secours en lien avec les structures d’urgence locales. Le coup de chaleur est une urgence médicale qui doit être connue de tous et déclencher immédiatement les secours.
S’il n’existe aucune indication dans le Code du travail de température maximale au-delà de laquelle il est dangereux ou interdit de travailler, il existe des dispositions générales en application des principes généraux de prévention et des dispositions spécifiques concernant les chantiers du BTP, les jeunes travailleurs, les dispositions applicables aux maîtres d’ouvrage.
Les températures extrêmes sont des facteurs de risques professionnels concernés par le dispositif pénibilité.
Enfin existe le droit de retrait du salarié qui s’apprécie subjectivement du point de vue du salarié et qui peut s’appliquer si le salarié se sent menacé par les températures extrêmes de son poste de travail.
(publié le 15 novembre 2019)