Estimation de l’exposition à l’amiante lors des activités de traitement de l’amiante en place : proposition d’une matrice tâches - exposition

A.Radauceanu, D. Chouanière, P. Wild, M. Héry, Y. Créau Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2008, Vol.69, N°4, pages 586-592. Bibliographie

Malgré l’interdiction de l’usage de l’amiante en France qui date du 1er janvier 1997, les salariés employés dans les activités de traitement de l’amiante en place restent potentiellement exposés à l’amiante. Il existe deux moyens pour évaluer les expositions professionnelles : soit un questionnaire individuel s’intéressant aux activités professionnelles successives tout au long de la vie, soit une matrice emplois-expositions (qui est un tableau de correspondance entre métiers d’une part et expositions professionnelles d’autre part). La première méthode est « un processus long, minutieux et grevé par la rareté des experts qualifiés ». La seconde méthode est une « alternative séduisante, car c’est un moyen rapide et reproductible pour évaluer l’exposition ». Mais à ce jour, il n’existe pas de telle matrice. L’objectif du travail présenté dans cet article est la construction d’une matrice par trois experts hygiénistes industriels expérimentés dans le suivi des chantiers de désamiantage.

La première étape a consisté à lister les principales opérations de traitement de l’amiante en place, friable et non friable en confrontant les expertises des hygiénistes industriels et des chefs d’entreprise. Les niveaux d’exposition ont été appréciés (hors toute protection) en tenant compte de la nature du matériau, du type d’opération et des facteurs qui peuvent influencer l’exposition. Chaque expert a estimé de manière individuelle et indépendante chaque tâche et les estimations de chacun ont ensuite été confrontées. L’estimation a été concordante pour au moins deux des trois experts, pour la plupart des tâches de désamiantage. Les niveaux d’exposition hors toute protection étaient compris entre 0,1 (préparation ou repli du chantier, si matériel en bon état) et 300 fibres par centimètre cube (retrait d’un flocage ou d’un enduit type progypsol). «  Pour estimer l’exposition effective des désamianteurs, il est nécessaire de prendre en compte les facteurs de protection aussi bien collective (travail à l’humide) qu’individuelle..... et d’appliquer un coefficient protecteur multiplicatif pour chaque mesure de prévention mise en œuvre. Ainsi, l’exposition estimée serait pour une tâche donnée divisée par le coefficient protecteur lié à l’humidification, puis divisée par le coefficient protecteur (effectif et non théorique) lié au type de masque porté ». Si la matrice ne prend pas en compte la variabilité individuelle de l’exposition pour une tâche donnée, elle permet une première estimation de l’exposition qui pourrait être utile dans le cadre d’une étude épidémiologique des risques professionnels.

09B0117

(publié le 6 janvier 2009)