Evaluation de l’exposition professionnelle aux fibres céramiques réfractaires des techniciens chauffagistes finistériens

D. Lucas, V. Clamagirand, P. Capellmann, A. Hervé, V. Launay, C. Boutruche, G. Bernery, A. Bodenes, G. Mauguen, C. Cabioch, D. Jegaden Références en Santé au Travail, 2015, n°141, pp.47-57. Bibliographie
Bien qu’une substitution des fibres céramiques réfractaires (FCR) ait été initiée depuis la fin des années 90, pour les chaudières murales ou atmosphériques, ces matériaux restent utilisés dans les corps de chauffe des chaudières à condensation.
Afin d’évaluer le niveau d’exposition aux FCR sur les postes de plombiers chauffagistes, une campagne de prélèvements atmosphériques, pour certains par microscopie optique en contraste de phase (MCOP), et pour d’autres par microscopie électronique à balayage (MEBA) a été menée dans 4 entreprises (7 agences) bretonnes auprès de 15 salariés sur une période de 15 jours.
Les résultats de l’étude montrent que l’activité des techniciens de maintenance des chaudières gaz à condensation entraîne une exposition respiratoire des salariés aux fibres de longueur >5µm, de diamètre >3µm et de rapport 1/D >3.
Dans l’attente du renouvellement du parc des chaudières en France, il est primordial de poursuivre l’amélioration de la formation et de l’information des techniciens chauffagistes à la connaissance des risques liés à l’exposition aux FCR.
Le travail à l’humide, sans grattage des parties fibreuses et le port de protection respiratoire de type FFP3 sont recommandés ainsi qu’une gestion spécifique des déchets.
Il est conseillé de pratiquer une EFR tous les 5 ans à la recherche d’un syndrome obstructif et une radiographie pulmonaire tous les 10 ans ainsi que de discuter d’une tomodensitométrie thoracique 30 ans après le début de l’exposition.
(publié le 11 mai 2015)