Evaluation des contraintes physiques, environnementales et de l’astreinte cardiaque de 43 opérateurs (en tenue de protection) de la dépollution de produits pétroliers lourds

E. Quidelleur, B. Loddé, C.L. Igoho-Zephir, M.B. Eniafe-Eveillard, P. Choucroun, J.D. Dewitte, A. Baert
Une évaluation des contraintes physiques et de l’exposition environnementale aux dérivés d’hydrocarbures a été réalisée chez un échantillon de volontaires sains, participant au nettoyage des côtes polluées par une marée noire. 43 sujets munis d’un équipement de protection pesant 6 kg ont fait l’objet d’un mesurage d’astreinte cardiaque d’activité en complément d’une recherche de contrainte thermique (indice WBGT approché, calcul de perte hydrique, mesurage de température corporelle interne avant et après activité). Une évaluation subjective de la pénibilité ressentie a été corrélée aux indicateurs de contraintes articulaires relevés par les poids des charges soulevées, la fréquence du mouvement et l’amplitude articulaire. L’exposition environnementale a été déterminée grâce à la mise en place de capteurs d’hydrocarbures placés au niveau du col du ciré. Il en ressort qu’une activité de nettoyage comportant un port d’équipements de protection induit une astreinte cardiaque dont il faut tenir compte dans l’aptitude médicale à porter ces équipements. L’astreinte cardiaque varie selon des critères personnels comme l’entraînement physique et les sujets les plus sportifs présentaient une astreinte cardiaque nulle ou supportable. En fait il a été obtenu des astreintes cardiaques très variables d’un individu à l’autre. La contrainte thermique paraît faible, corroborée par les résultats des pertes hydriques des sujets. Concernant l’exposition environnementale, de faibles traces de toluène apparaissent une seule fois sur 18 prélèvements analysés. Il serait judicieux de conseiller aux porteurs d’affections chroniques limitant les capacités cardiorespiratoires et articulaires notamment, d’effectuer d’autres travaux.
(publié le 14 décembre 2009)