Evaluation du risque génotoxique dans un laboratoire d’anatomopathologie par le test des micronoyaux

A. Brahem, S. Bouraoui, H. El Ghazel, A. Ben Amor, A. Saad, F. Dabbebi, M. Mrizek Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2011, vol.72, n°4, pp. 370-375. Bibliographie.
Une étude transversale analytique a été menée auprès du personnel du laboratoire d’anatomopathologie d’un CHU tunisien afin d’évaluer le risque génotoxique lié à l’exposition professionnelle au formaldéhyde.
La concentration atmosphérique en formaldéhyde a été mesurée par trois prélèvements, l’un pendant une journée normale de travail et les deux autres lors des opérations de vidange des flacons et de l’élimination des déchets. Les taux étaient respectivement de 0,16, 1,80 et 3,43 ppm. Les badges étaient positionnés à hauteur des voies respiratoires. Les sujets exposés (d’âge moyen 42,16 ans) l’étaient en moyenne 2,5 heures par jour.
Le test des micronoyaux a été réalisé sur 31 sujets exposés au formaldéhyde, appariés à 31 témoins non exposés. Le taux des lymphocytes binucléés micronucléés était significativement plus élevé dans la population des exposés par rapport aux témoins (49,25 ±18,67 ‰ versus 7,08 ± 4,62 ‰, p = 0,03) et augmentait avec l’ancienneté de l’exposition avec une relation statistique à la limite de la significativité. En revanche, il n’existait pas de relation avec la durée journalière d’exposition ni avec le port de moyens de protection (gants en l’occurrence).
Les résultats de ce test témoignent de la présence d’effets mutagènes d’un environnement professionnel potentiellement cancérogène.
Il est donc important de mettre en place des mesures de prévention : substitution du formaldéhyde par une substance moins toxique, meilleure conception des locaux de travail, mise en place d’une aspiration adéquate, utilisation d’équipements de protection individuelle, respect des instructions de stockage et de transport, respect des règles d’hygiène, formation et information des salariés sur les risques encourus dans leur activité professionnelle.
(publié le 22 novembre 2011)