Exigence physique au travail et risque de fracture de la hanche chez les femmes vieillissantes
Occupational physical demand and risk of hip fracture in older women

A. Palumbo, Y. Michael, I. Burstyn, B. Lee, R. Wallace Occupational and Environmental Medicine, 2015, vol 72, n°8, pp. 567-572. Bibliographie.

Les fractures de la hanche sont une principale cause d’invalidité, de morbidité et de mortalité chez les femmes vieillissantes. L’activité physique contribue à maintenir une bonne condition physique et une bonne densité minérale osseuse, mais l’exigence physique au travail peut influencer un risque de fracture. Cette étude américaine examine l’association entre l’exigence physique professionnelle et l’incidence de fracture de la hanche chez les femmes.

L’étude observationnelle sur la santé des femmes est une cohorte multi-éhnique de 93 676 femmes post-ménopausées de 50 à 79 ans au début de l’enquête et qui a eu lieu entre 1994 et 1998 dans 40 centres cliniques différents aux USA. _ Les résultats incluant les fractures de la hanche ont été évalués chaque année et jusqu’à trois emplois occupés depuis l’âge de 18 ans pour chaque femme. Les niveaux d’exigences physiques professionnelles ont été recueillis pour chaque tâche à l’aide de matrices emploi-exposition. Les moyennes cumulées et les scores de pics d’exigences physiques à la fois avant et après la ménopause et tout au long de la vie professionnelle des femmes ont été estimés.
Les femmes ont été suivies jusqu’en 2010 pour une moyenne de 11,5 ans. 1834 fractures de la hanche ont eu lieu pendant ce suivi. Il n’a pas été observé d’association entre l’exigence physique professionnelle et un risque ultérieur de fracture de la hanche, après ajustement sur l’âge, l’ethnie/la race, la région de naissance et le niveau d’éducation.
De précédentes recherches sur les professions et le risque de fracture de la hanche chez les femmes n’avaient pas été concluantes. Cette étude a été en mesure de prendre en compte des périodes de risque critique et des facteurs de confusion dans une large cohorte de femmes âgées et de montrer que, globalement, l’exigence physique professionnelle ne provoque ni augmentation, ni diminution de risque de fracture de la hanche au cours de la vie future.

(publié le 17 décembre 2015)