Exposition du cristallin du praticien lors des traitements avec des rayons X de basse énergie

S. Marcié, C. Dejean, J. Feuillade, M. Gautier, K. Bénézery, M-E. Chand, A. Courdi, J-P. Gérard Radioprotection, 2014, vol.49, n°4, pp. 289-292. Bibliographie
Les traitements de radiothérapie par des rayons X, bien qu’en nette diminution au cours des 20 dernières années, perdurent et nécessitent que le praticien s’assure visuellement de la bonne position de l’applicateur sur la zone à traiter, ce qui induit une exposition des yeux de l’opérateur.
La modification envisagée de la limite maximale pour le cristallin (passant de 150 mSv à 20 mSv) a incité les auteurs à évaluer précisément le niveau d’exposition du cristallin de l’opérateur.
Pour ce faire, des détecteurs ont été positionnés à différentes distances (entre 40 et 60 cm de la source) au niveau d’un œil du fantôme simulant le positionnement du praticien avec ou sans lunettes à verres radio atténuateurs, dont l’effet est supérieur à 90%.
En ce qui concerne le traitement des localisations superficielles (peau, paupières), les doses séances sont de 7 Gy et il y a cinq ou six séances étalées sur 3 à 6 semaines.
Pour les localisations intracavitaires (rectum), le praticien n’a pas besoin de surveillance visuelle et peut détourner son regard. Il s’ensuit des doses par séances variables, échelonnées entre 35 Gy et 15 Gy et il y a trois ou quatre séances étalées sur 3 à 6 semaines.
Pour les traitements des lésions superficielles, avec une exposition de 23 patients par an, l’exposition annuelle est de 3 mSv et pour les traitements intracavitaires avec une moyenne de 12 patients par an, l’exposition annuelle est de 1 mSv.
La nouvelle limite n’est donc pas dépassée et il faudrait multiplier le nombre de patients par 7 en superficiel et par 20 en intracavitaire pour que cela arrive.
Il est important de porter une très grande attention à la position du praticien particulièrement pour les localisations superficielles mais cette nouvelle norme ne limitera pas le nombre de patients à traiter.
(publié le 9 mars 2015)