Facteurs de risque individuels et liés au poste de travail pour le syndrome du canal carpien

Workplace and individual risk factors for carpal tunnel syndrome S. Burt, K. Crombie, Y. Jin, S. Wurzelbacher, J. Ramsey, J. Debbens Occupational and Environmental Medicine, 2011, vol 68, n°12, pages 928-933. Bibliographie.

Les objectifs de cette enquête américaine étaient 1) de quantifier la relation entre les facteurs physiques du poste de travail, en particulier le niveau d’activité de la main (NAM) et la force exercée et le syndrome du canal carpien (SCC), tout en prenant en compte les facteurs individuels. 2) de comparer les mesures quantitatives d’évaluation de l’exposition avec des mesures plus pratiques basées sur des estimations.

Dans un groupe de personnels de soins et d’ouvriers d’usines, les tâches professionnelles de chaque participant ont été évaluées pour le NAM, la force exercée et d’autres stresseurs physiques et enregistrées avec une caméra vidéo pour des analyses ultérieures, incluant la fréquence et la durée du geste et des déviations posturales.

Un test d’électrodiagnostic des nerfs médian et cubital ainsi que des questionnaires ont été administrés à tous les participants. Un cas de SCC requérait une mononeuropathie et des symptômes sur les diagrammes de la main pour les doigts 1 à 3. Des modèles de régression multiple ont été utilisés pour analyser les associations entre le travail et les facteurs individuels de SCC.

Parmi les 477 travailleurs étudiés, 57 (11,9 %) étaient des cas de SCC sur la main dominante. Une force de pointe ≥ 70 % de la contraction volontaire maximum versus < 20 % de la contraction volontaire maximum se traduisait par un OR de 2,74 (1,32 à 5,68) pour le SCC. Parmi les travailleurs ayant un indice de masse corporelle ≥ 30, l’OR pour au moins 15 exercices de la force par minute était de 3,35 (1,14 à 9,87). Les estimations des pics d’exercice par les travailleurs augmentaient les odds pour le SCC de 1,14 (1,01 à 1,29) pour chaque unité d’augmentation sur une échelle à 10 points. Les odds pour le SCC augmentaient de 1,38 (1,05 à 1,81) pour chaque augmentation d’une unité sur l’échelle de NAM à 10 points chez les hommes, mais pas chez les femmes. Les valeurs combinées de la force exercée et du NAM surpérieures à la valeur limite d’exposition de l’ACGIH pour le NAM conduisaient à un OR de 2,96 (1,51 à 5,80) pour le SCC.

En conclusion, les mesures d’exposition professionnelle basées sur le quantitatif et les estimations étaient chacune associées avec le SCC. L’obésité augmentait l’association entre la fréquence d’exercice de la force et le SCC.

(publié le 7 juin 2012)