L’évolution des risques professionnels dans le secteur privé entre 1994 et 2012 : premiers résultats de l’enquête SUMER

B. Arnaudo, M. Léonard, N. Sandret, M. Cavet, T. Coutrot, R. Rivalin Références en Santé au Travail, 2012, n°130, pp. 41-54
La dernière enquête SUMER (surveillance médicale des expositions aux risques professionnels) s’est déroulée entre janvier 2009 et avril 2010 auprès de 53 940 salariés tirés au sort par les 2 400 médecins du travail participants. Le protocole de cette enquête 2009-2010 était équivalent à celui des enquêtes de 1994 et 2003 afin de permettre les comparaisons dans le temps.
Par rapport aux dernières enquêtes, les semaines sont moins longues mais les horaires atypiques sont en légère progression tandis que les horaires imprévisibles se font plus rares.
Le travail s’est intensifié. Le rythme imposé par au moins trois contraintes a augmenté de même que la proportion de salariés dont le rythme de travail est imposé par une demande extérieure obligeant à une réponse immédiate.
Le contrôle direct par le supérieur hiérarchique a régressé entre 1994 et 2010 dans l’industrie et la construction surtout pour les ouvriers non qualifiés alors que dans le secteur tertiaire, la proportion de salariés contrôlés est plus importante. Le contrôle exercé via les systèmes informatiques a diffusé dans toutes les catégories de salariés.
L’autonomie paraît en recul pour les cadres et les professions intermédiaires alors qu’elle augmenté légèrement pour les ouvriers.
Le contact avec le public est plus fréquent (de vive voix ou par téléphone) et la progression est plus marquée pour les ouvriers ; mais tous signalent moins de situations de tension avec le public.
La "tension au travail " (job strain), c’est à dire la confrontation à la fois à une forte demande et à une faible latitude a augmenté.
Le soutien social reste globalement constant bien que les comportements méprisants, le déni de reconnaissance ou les atteintes dégradantes s’amplifient.
Davantage de salariés semblent exposés au bruit mais cette évolution est probablement en lien avec un meilleur repérage du bruit grâce à des campagnes de mesurage.
La diffusion du travail sur écran se ralentit.
Les contraintes physiques se stabilisent après un recul marqué.
L’exposition aux agents chimiques a baissé depuis 2003 (renforcement de la réglementation , décret CMR) sauf pour les professions les plus exposées.
L’exposition aux agents biologiques est en forte progression, notamment les agents biologiques émanant d’autres personnes (contamination respiratoire dans un contexte de pandémie grippale).
(publié le 18 octobre 2012)