Manutention de charges lourdes et risque de décollement de rétine : une étude sur registre de population au Danemark
Heavy lifting at work and risk of retinal detachment : a population-based register study in Denmark

S. Curti, D. Coggon, H. Hannerz, S. Mattioli Occupational and Environmental Medicine, 2015, vol 73, n°1, pages 51-55. Bibliographie.

Cette enquête européenne (italo-britannico-danoise) étudie la relation entre le décollement de la rétine (RRD) et la manutention manuelle lourde dans une population active danoise au travers des données de registres nationaux.

Une cohorte dynamique de tous les hommes entre 20 et 59 ans au Danemark a été suivie au travers du registre danois des hospitalisations d’origine professionnelle entre 1995 et 2010 pour le diagnostic du décollement de la rétine. Les catégories professionnelles ont été classées en fonction de leur risque potentiel de manutention dans quatre principaux groupes : les manutentions lourdes, les manutentions modérées, les autres travailleurs manuels et les travailleurs non manuels sans manutention.

Le taux standardisé par âge de RRD diagnostiquée pour les manutentions lourdes a été comparé avec les trois autres groupes. Les rapports de taux (RRS) et des intervalles de confiance à 95 % ont été estimés par régression de Poisson ajustée sur l’année calendaire et le groupe d’âge. C’est chez les travailleurs non manuels effectuant des activités professionnelles susceptibles d’être associés avec de la manutention de charges lourdes que le taux le plus élevé de RDD a été enregistré (18 cas pour 100 000 personnes-années). Le RR pour le groupe manutention lourde comparé au groupe manutention modérée était de 0,91 (IC 95 % de 0,73 à 1,14) tandis qu’en comparaison avec le groupe (autre manutention), il était de 0,93 (IC 95 % de 0,78 à 1,11). Le RR comparé avec le groupe sans manutention était de 0,51 (IC 95 % de 0,43 à 0,60).

Ces résultats montrent qu’il n’existe pas d’association entre une manutention lourde et le risque de décollement de la rétine. De futures études devraient utiliser des mesures plus précises de l’exposition afin d’apporter des réponses plus concluantes.

(publié le 28 mars 2016)