Perturbateurs endocriniens, concepts et réalité

L. Multigner, P. Kadhel Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2008, Vol.69, n°5/6, p. 710-717. Bibliographie

On porte intérêt depuis quelques années aux « perturbateurs endocriniens », substances exogènes possédant des propriétés hormonales « qui pourraient conduire à une perturbation endocrinienne ». Cette définition « ne discerne pas les substances qui produiraient un effet nocif de celles qui produiraient une perturbation, transitoire et réversible de l’équilibre physiologique endocrinien ».

Des questions se posent quant à leur implications potentielles dans de nombreuses pathologies, notamment le cancer du testicule ou les troubles de la reproduction. Beaucoup a été dit concernant l’augmentation des anomalies congénitales mais les preuves sont insuffisantes. « La littérature scientifique, les autorités sanitaires, des associations de défense de l’environnement, et même les médias, font parfois état de substances considérées comme étant des perturbateurs endocriniens sans qu’aucun critère raisonnable et/ou validé n’ait été employé ». Néanmoins, la recherche ne doit pas faiblir d’autant que des interrogations se portent sur des systèmes hormonaux autres que les stéroïdes sexuels et sur des pathologies autres comme par exemple l’obésité ou le diabète de type II. On s’interroge aussi sur la synergie « qui pourrait résulter d’expositions simultanées à de multiples substances chimiques présentant des activités hormonales variées et/ou suspectées d’agir par des mécanismes divergents au niveau cellulaire », mais le questionnement concerne aussi la nature des relations doses-effets et « d’aucuns évoquent qu’à de faibles doses, ces substances pourraient entraîner des effets non observables à des niveaux d’exposition plus élevés. Si cela est vrai, on se trouverait alors face au paradoxe où les populations exposées professionnellement seraient à risque plus faible que la population générale ». Devant tant d’incertitudes, il est difficile d’adopter des politiques de prévention et de gestion des risques efficaces et proportionnées à la nature du danger éventuel.

09B0373

(publié le 6 avril 2009)