Prévention dans les industries dangereuses : la certification de sécurité suffit-elle à prévenir les risques liés à l’abattage des arbres ?
Prevention in dangerous industries : does safety certification prevent tree-faller injuries ?

Scandinavian Journal of, Work Environment and Health 2015, vol 41, n°5, pages 478-485. Bibliographie. C. McLeod, D. Sarkany, H. Davies, K. Lyons, M. Koehoorn

Le but de cette enquête canadienne est d’évaluer si la certification de sécurité réduit les risques de blessures au travail chez les bûcherons expérimentés.

Il s’agit d’une enquête de cohorte rétrospective. Des bûcherons expérimentés en abattage manuel, employés en Colombie Britannique au Canada (n = 3 251) entre 2003 et 2008 ont été recensés à partir d’un registre obligatoire.

Les registres de dossiers avec des données démographiques et de certification ont été croisés avec les résultats des registres des dossiers concernant les blessures. Les données ont été analysées à l’aide d’une analyse discrète de survie sur une période de 2 ans, centrée sur la date de certification avec la pré et post certification délimitée en 4 périodes de 3 mois. Les modèles ont été ajustés sur des données démographiques, la profession, l’industrie, les blessures antérieures et les effets de la saison et du temps.

Le risque relatif (RR) d’accident du travail pendant les périodes de post-certification était élevé par rapport à la période de pré-certification mais l’intervalle de confiance de 95 % incluait « 1 » pour toutes les estimations à la fin du suivi, suggérant une association non significative. Les résultats sont cohérents pour les différentes mesures des résultats pour les lésions aiguës (par exemple, la fracture ou l’amputation) (n = 186), les troubles musculosquelettiques (ex, le mal de dos) (n = 137), et les blessures graves (long arrêt, coût élevé, décès) (n = 155).

La certification n’a pas réduit les risques de blessures au travail chez les bûcherons, expérimentés en Colombie Britannique, pratiquant l’abattage manuel d’arbres. Des augmentations statistiquement non significatives du risque observé d’accident au travail, dans les mois suivants la certification, peuvent être attribuables à un effet en relation avec une intervention ou une limitation méthodologique en rapport avec des données de temps liées à l’exposition ou à des données individuelles.

(publié le 14 janvier 2016)