Qui connaît le risque ? Etude multi niveaux des variations systématiques des connaissances sur la sécurité au travail parmi la main d’œuvre européenne
Who knows the risk ? A multilevel study of systematic variations in work-related safety knowledge in European workforce

N. Dragano, T. Lunau, T. Eikemo, M. Toch-Marquardt, K. Van der Wel, C. Bambra Occupational and Environmental Medicine, 2015, vol 72, n°8, pages 553-559. Bibliographie.

Les règles concernant la santé et la sécurité sont des éléments importants de la prévention au travail. Même si ces règles sont obligatoires dans la plupart des pays, des recherches évoquent le fait que les connaissances en terme de sécurité varient parmi la main d’œuvre.

Un large échantillon européen a été exploré dans cette enquête européenne pour savoir si tous les sous-groupes d’employés étaient également touchés. Dans une perspective comparative, les auteurs ont également étudié si certains déterminants, au niveau des pays, influencent les variations de connaissances sur la sécurité. 24 534 employés issus de 27 pays ont participé à l’enquête sur les conditions de travail en 2010. Les connaissances sur la sécurité ont été mesurées par auto-évaluation. Des déterminants de niveau de chaque pays ont été ajoutés à partir de bases de données Eurostat (produit intérieur brut) et l’étude européenne des entreprises sur les risques nouveaux et émergents (ESENER) (% d’entreprises avec un plan de sécurité ou % d’entreprises avec visite de l’inspection du travail). Les associations entre les connaissances, les caractéristiques socio-démographiques professionnelles et les macro déterminants ont été étudiées avec des modèles de régression hiérarchisées.

Dans l’échantillon, 10,1 % ont indiqué un degré de connaissance sur la santé et la sécurité faible. Dans tous les pays, les jeunes travailleurs, les travailleurs faiblement instruits, les travailleurs de la production, les employés du secteur privé, ainsi que ceux ayant une faible expérience professionnelle, un contrat de travail temporaire ou travaillant dans de petites entreprises étaient plus susceptibles de déclarer de faibles niveaux d’information. Par ailleurs, une faible prévalence de l’information varie selon les pays. Une proportion plus élevée de travailleurs informés se retrouve dans les entreprises ayant un plan de sécurité, une visite récente de l’inspection du travail. Ainsi, une grande majorité de travailleurs ont signifié être bien informés sur les risques liés à la sécurité, mais des inégalités dans le degré de connaissances entre les sous-groupes étaient retrouvées. Des efforts supplémentaires sur les lieux de travail ainsi qu’une meilleure politique sont nécessaires pour mettre en œuvre de façon universelle les règles concernant la sécurité sur les lieux de travail.

(publié le 14 janvier 2016)