Risque de malformations congénitales chez les enfants de peintres en bâtiment au Danemark : une étude de cohorte nationale
Risk of congenital malformations among children of construction painters in Denmark : a nationwide cohort study

N. Tougaard, J. Bonde, K. Hougaard, K. Jørgensen Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2015, vol 41, n°2, pages 175-183. Bibliographie.

L’exposition professionnelle des peintres est classée dans le groupe 1 des expositions cancérogènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). De précédentes études ont montré un risque accru de malformations congénitales chez les enfants de femmes exposées aux solvants organiques et aux émanations de peinture pendant la grossesse. Au Danemark, les femmes représentent la moitié des inscrits dans la formation professionnelle de la peinture. Cette étude danoise a étudié l’association entre l’exposition à la peinture professionnelle chez la mère et le père et le risque de malformations congénitales chez les enfants. Les données nationales du registre ont été utilisées pour associer les accouchements, les malformations et la profession des parents.

La cohorte a inclus plus de 1 300 000 naissances chez des femmes professionnellement actives au Danemark de 1980 à 2010. Les cas de malformations ont été diagnostiqués, à l’hôpital, dans la première année de vie. Les odds ratios (OR) avec des intervalles de confiance (IC à 95%) ont été estimés par régression logistique multiple avec ajustements sur les facteurs de confusion potentiels.

Parmi 3 444 enfants de femmes peintres en bâtiment, il n’a été retrouvé aucun risque accru de malformations globales (126 cas, OR = 0,88, IC à 95 % de 0,74 à 1,05) ou dans des sous-groupes spécifiques d’organes par rapport aux enfants de femmes dans toutes les autres professions (55 045 cas). Les analyses de sensibilité, limitées aux malformations, les enfants de femmes peintres avec plus de 2 ans d’exposition avant la grossesse, les enfants premiers nés, et des analyses comparatives avec des assistants de santé maternelle et les travailleuses comme référence ont fait l’objet des principaux résultats.

Aucune association n’a été trouvée lors de l’inclusion du diagnostic pendant les 10 premières années de vie, après stratification sur l’âge maternel, l’année de naissance, le sexe de l’enfant, ou pour les pères peintres en bâtiment. Cette étude de cohorte nationale est rassurante, il n’y a aucune indication de risque accru de malformations congénitales chez les enfants de peintre en bâtiment (homme ou femme).

(publié le 1er juin 2015)