SHAPES : en selle au boulot !

Prevent Focus, 32011, mai, pp.20-21
1 700 cyclistes ont participé à l’enquête SHAPES qui pendant 4 ans a étudié les avantages et inconvénients de l’utilisation du vélo.
65,4% des 1 700 cyclistes enquêtés utilisent leur vélo régulièrement pour se rendre au travail et 11% l’associent à un moyen de transport public. 4 sur sur 5 utilisent leur vélo quelle que soit la saison.
Si la plupart des cyclistes ont réfléchi à leur itinéraire (60% utilisent une piste cyclable, 25% font un détour pour des raisons de sécurité), ils ne sont plus que 20% à porter casque et gilet fluorescent.
Les accidents sont essentiellement des glissades ou moins souvent des collisions avec une voiture. Ils ont lieu plus souvent par temps dégagé et route sèche et plutôt en journée.
47% des lésions sont des écorchures, 11% des fractures, 4% des commotions cérébrales et 3% des pertes de connaissance. Dans 7,8% des cas, l’accident a provoqué des dégâts irréversibles.
Sont touchés par ordre décroisant : le genou, le poignet, la main et l’épaule.
En ce qui concerne la pollution atmosphérique, cette étude a montré que les cyclistes inhalent en moyenne trois fois plus d’air pollué que les automobilistes et cela parce qu’ils inhalent quatre fois plus d’air lorsqu’ils se déplacent à un rythme serein. Néanmoins, des effets à long terme n’ont pas été démontrés.
La quantité de particules dans l’air pourrait nettement diminuer si davantage d’automobilistes décidaient d’abandonner leur véhicule au profit du vélo pour de courtes distances. Or pour cela , il faudrait une infrastructure propice aux déplacements et une bonne communication sur les avantages et les risques d’une telle pratique.
(publié le 6 juin 2011)