Evaluation quantitative des risques sanitaires dans les imprimeries de presse

L. Jaffré, W. Dab Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2018, vol.79, n°4, pp. 538-545. Références
Une possible surmortalité suspectée chez les rotativistes a diligenté une étude d’évaluation des risques dans le cadre d’un mémoire d’ingénieur du Cnam en sécurité sanitaire, l’objectif étant de quantifier les risques encourus à long terme par les employés travaillant à proximité d’une zone d’impression.
L’ensemble des rotativistes est concerné par l’exposition de même que le personnel de maintenance.
La première étape a permis de choisir les substances pertinentes, soit les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) de l’encre et les PM 10 (libérées lors du déroulement de la bobine et du découpage du papier).
Environ 150 substances étaient concernées mais compte tenu de l’objectif poursuivi, les valeurs toxicologiques de référence (VTR) n’ont pas été considérées s’agissant d’effets à court terme, excepté le risque reprotoxique du benzo[a]pyrène.
Des scénarios d’exposition ont été construits en tenant compte du port de gants couvrant les mains et les avant-bras, de la surface du corps non protégée, de la durée d’exposition et du port d’équipement de protection.
Pour l’effet reprotoxique à seuil du benzo[a]pyrène, aucun des scénarios ne montre un dépassement de la VTR.
Par contre, les résultats attirent l’attention sur la responsabilité des PM10 dans l’altération de la santé des personnes d’imprimerie avec un niveau de risque élevé de cancer (cancers des voies biliaires).
Ces résultats obligent à la mise en œuvre de mesures correctives immédiates, complétée par un suivi régulier des niveaux d’exposition.
(publié le 30 novembre 2018)