Exposition aux rayonnements électromagnétiques basses fréquences : quels effets sur la santé ?

O. Roth-Delgado, O. Merckel Le Concours Médical, 2019, Vol.141, n°9, pp. 34-36. Références
Les effets sanitaires potentiels de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques sont étudiés depuis de nombreuses années.
Les principales sources de champs électromagnétiques basses fréquences sont les réseaux de transport et de distribution d’électricité, les transformateurs électriques, les appareils électroménagers, les transports (trains et trams alimentés par des lignes électriques, voitures), les machines industrielles.
L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a mené entre 2014 et 2018, un travail d’expertise collective fondé sur l’analyse des données de la littérature scientifique. La suspicion d’une augmentation du risque de leucémie chez l’enfant en lien avec les champs électromagnétiques n’a pas été validée malgré les nombreuses études expérimentales menées sur des modèles animaux ou des cellules in vitro.
Un lien entre sclérose latérale amyotrophique et exposition professionnelle aux basses fréquences ou aux chocs électriques a été rapporté mais les méthodes utilisées ne permettaient pas de quantifier de façon détaillée l’exposition et de faire la part de l’éventuelle sur-incidence de pathologies provenant de l’exposition aux chocs électriques de celles provenant des champs magnétiques de basses fréquences.
Deux études et une méta-analyse trouvent un excès de risque de démence associés à l’exposition aux champs basses fréquences mais des biais et des limites méthodologiques ne permettant pas d’affirmer ou d’infirmer l’existence de ce lien.
Il en est de même pour d’autres pathologies (tumeurs du système nerveux central, cancer du sein, hémopathies malignes infantiles, autres cancers de l’adulte, malades de Parkinson) pour lesquelles il est encore impossible de conclure.
(publié le 22 janvier 2020)