Premiers résultats de l’enquête SUMER 2017 :
Des évolutions contrastées

Santé et Travail, 2019, n°108, pp. 6-9

La quatrième édition de l’enquête Sumer (Surveillance médicale des expositions des salariés aux risques professionnels) réalisée en 2017 livre ses résultats.

  • L’exposition au risque chimique touche un tiers des salariés mais 61% des ouvriers qualifiés et 56% des ouvriers non qualifiés.
    On note depuis 1994, une diminution des expositions dans l’industrie et surtout dans l’agriculture, mais une augmentation dans la construction et dans le secteur des services (agent de nettoyage, aide ménagère, aide à domicile).
    Outre la multiexposition qui augmente chez les ouvriers qualifiés, les expositions aux produits cancérogènes n’ont pas diminué depuis 2010.
  • Le nombre de travailleurs exposés aux agents biologiques progresse fortement (+9% entre 1994 et 2017).
  • Les contraintes physiques sont globalement en recul mais la manutention manuelle de charges concerne encore 35% des salariés. Le nombre de ceux qui effectuent une tâche répétitive pendant 10h ou plus par semaine est en recul.
    19% des salariés sont soumis à des contraintes posturales et souvent dans un contexte organisationnel très contraint et un quart des salariés déclare travailler "toujours" ou "souvent", plus que l’horaire prévu.
  • Les risques psychosociaux sont toujours présents : contraintes de temps, travail trop rapide (66% des salariés), interruption de tâches pour en effectuer une autre imprévue (58% des salariés), exigence d’une quantité excessive de travail (35%), insuffisance de temps pour faire correctement le travail (30%), manque d’autonomie.

Malgré tout, l’enquête révèle une forte satisfaction au travail (9 salariés sur 10), mais il n’en reste pas moins de près de 3 millions de travailleurs encore exposés à des comportements hostiles au travail.

(publié le 22 janvier 2020)