Prévention des risques liés aux déplacements ou séjours professionnels à l’international

M. Guez, P. Bourée Références en Santé au Travail, 2020, n°163, pp57-80. Bibliographie et annexes

L’employeur qui envoie un salarié en mission à l’étranger (de quelques heures à 6 mis), le détache (entre 6 mois et 3 ans) l’expatrie (durant un à 6 ans) ou même organise un séminaire à l’international, doit évaluer les risques et proposer les mesures de prévention adaptées.

Beaucoup de destinations se révèlent à risque (risque infectieux qui vient le premier à l’esprit, mais aussi risques liés aux moyens de transport, à la durée du séjour, à l’hébergement, à l’alimentation, aux conditions environnementales (altitude, froid chaleur, catastrophes naturelles), mais aussi risques psychiques (isolement, criminalité, attaques terroristes).
Il va de soi que rien ne s’improvise et tout doit être anticipé.
Les services de santé au travail ont un rôle important à jouer dans la prévention des risques (il est regrettable qu’ils soient trop souvent contactés en dernière minute). "Il sont pourtant légitimes pour aider les employeurs à concevoir protocoles, formation et supports d’information en santé pour les voyageurs ou expatriés".
Hormis les grand groupes qui disposent d’un service de sureté à l’international, il est judicieux pour les autres établissements, de se rapprocher des entreprises d’assistance en santé-sûreté qui apporteront aide à a formation, à la diffusion d’informations et géreront évacuations sanitaires et rapatriements.
Une bonne articulation entre les SST, l’employeur, le service des ressources humaine, les managers et les salariés partant en déplacement permet de mieux prévenir les risques.
Le bilan médical pré-départ est indispensable (analyse biologique standard, épreuves cardiorespiratoires, mais aussi bilan stomatologique et bilan psycho-émotionnel). I
La gestion d’une éventuelle crise (individuelle ou collective) pendant le séjour doit être envisagée et les recours et secours d’urgence doivent être connus.
En cas d’incident en cours de déplacement ou s’il existe des symptômes physiques ou psychiques dans le six mois suivant un déplacement, le recours au médecin du travail est utile pour aider à relier (ou non), la problématique médicale au voyage professionnel et orienter vers les confrères experts si nécessaire.
Il est judicieux de rappeler que lors d’un déplacement professionnel, la responsabilité des employeurs est engagée 24 h sur 24 dès l’instant où le salarié quitte son domicile jusqu’à son retour chez lui ; et tout accident survenant pendant cette période est un accident de travail. Il y a obligation de résultats pour l’employeur quant à la sécurité de ses salariés en déplacement ou en poste à l’étranger.
Cet article est une mine d’informations auquel les médecins du travail et les équipes pluridisciplinaires devront se référer pour un départ à l’international. Tous les risques sont passés en revue (prévention et traitement éventuel).
Des annexes en fin d’article proposent des informations très utiles ( check list récapitulative et conseils incontournables concernant les points sensibles à vérifier avant départ en mission, en cours de mission et au retour de mission, et composition de la trousse de secours.

(publié le 13 novembre 2020)