Irradiation du personnel en neuroradiologie interventionnelle pédiatrique : focus sur le cristallin de l’opérateur

C. Bolomey, G. Fasel, N. Ryckx, R. Le Coultre Radioprotection, 2016, vol.51, n°3, pp. 163-170. Bibliographie
La radiologie interventionnelle pédiatrique est un domaine particulièrement irradiant pour l’opérateur, du fait de l’utilisation fréquente d’un système de radioscopie biplan et de la plus grande proximité du médecin avec le patient.
La radioprotection repose sur la mesure de l’utilisation de lunettes plombées mais l’efficacité dépend de nombreux facteurs.
L’étude présentée ici porte de la dose au cristallin d’un neuroradiologue exerçant en pédiatrie, au moyen de dosimètres thermoluminescents (TLD) placés à différents endroits sur un bonnet chirurgical mesurant ainsi l’exposition du cristallin en l’absence de lunettes de protection, et ce durant 12 interventions. Le ratio dose au cristallin /PDS s’avère 5 fois plus élevé que lors d’interventions réalisées chez des patients adultes.
Dans un deuxième temps, en vue de déterminer l’efficacité de quatre paires de lunettes de protection plombées, des mesures ont été effectuées en reproduisant les mêmes conditions cliniques. Les lunettes plombées permettent d’atténuer jusqu’à 75% de la dose au cristallin mais leur efficacité reste tributaire de différents paramètres, dont le plus important est la surface couvrante, dont l’effet est plus marqué que la simple équivalence d’épaisseur de plomb dans le verre à géométrie égale. L’ajout d’une protection latérale permet d’augmenter l’atténuation jusqu’à 13%, comparé au même modèle sans protection latérale.
Le positionnement des écrans de visualisation joue également un rôle important dans la protection du cristallin. En effet, l’angle entre la tête de l’opérateur et la source de rayonnement diffusé influence grandement la dose au cristallin, principalement celle de l’œil côté tube.
(publié le 24 novembre 2016)