Compétences politiques et épuisement émotionnel : analyse d’un effet médiateur modéré

A. Rudelle Astié, L. Dagot Le Travail Humain, 2020, vol.83, n°2, pp. 115-140. Références
"Les compétences politiques sont définies comme l’aptitude à comprendre les autres au travail et à utiliser ces connaissances pour influencer autri à agir de manière à renforcer ses propres objectifs ou ceux de l’organisation".
Les personnes aux compétences politiques développées observent avec acuité l’environnement social, interprètent le comportement des autres et ajustent leur conduite. Ils inspirent la confiance à leurs collaborateurs et en retour obtiennent du soutien ou des informations importantes ; tout cela leur procure de l’assurance et génère des sentiments de contrôle à la fois des autres et de leur environnement de travail. En conséquence, ils ressentent moins de stress et d’anxiété au travail et l’impact négatif au niveau de conflits interpersonnels sur l’épuisement émotionnel est réduit.
Pour conforter ces hypothèses, une étude a été réalisée auprès de 123 salariés français (38 hommes, 85 femmes) exerçant des fonctions dans les champs de l’éducation, du soin et de l’action sociale.
Des échelles de mesure ont été utilisées pour appréhender les compétences politiques, la capacité de prise de décision politique, l’autonomie au travail et l’épuisement émotionnel.
Les résultats sont significatifs en ce qui concerne un effet indirect des compétences politiques sur l’épuisement émotionnel au travers de l’autonomie. De même, l’effet d’interaction entre les compétences politiques et la prise de décision politique sur l’autonomie était significatif.
Développer les compétences politiques pourrait constituer une voie pour les salariés d’accroitre l’autonomie perçue au travail et ainsi se doter d’une barrière protectrice contre un éventuel épuisement professionnel, à partir de formations basées sur des jeux de rôle ou d’un tutorat.
Les auteurs proposent d’inclure la mesure des compétences politiques dans le processus de recrutement et de sélection des salariés qui postulent à un emploi soumis à de fortes pressions dans un contexte organisationnel fortement politisé. Mais il ne faudrait pas minimiser l’intérêt des compétences sociales qui pourraient aider l’adaptation des individus dans des contextes de travail en mutation.
(publié le 2 octobre 2020)