Equité au travail : concept, mesure et effets sur la santé

H. Samba, S. Boini, V. Langevin, M. Pierrette, B. Paty Références en Santé au Travail, 2020, n°162, pp. 91-104. Bibliographie

" Le concept d’équité au travail repose sur la théorie de la justice organisationnelle." Elle s’intéresse à "l’analyse des perceptions qu’ont les salariés de leur environnement de travail au regard de la répartition des ressources (équité distributive), de la manière dont les décisions sont appliquées (équité procédurale) et de la façon dont les individus sont traités (équité interactionnelle)".

La caractérisation de la mesure de l’équité se fait au travers de questionnaires. Celui de Colquitt dispose d’une version française validée en contexte professionnel auprès de cadres administratifs. Il considère quatre dimensions : équité distributive, procédurale, interpersonnelle et informationnelle et comprend 20 items.

Le manque d’équité au travail constitue un facteur de stress ; la dérégulation des systèmes hormonaux et des neurotransmetteurs a des répercussions sur le système immunitaire, le système cardiovasculaire, le système respiratoire et les muscles.
Ce manque d’équité perturbe aussi la santé mentale et induit anxiété, dépression et détresse psychologique.
Le manque d’équité influence également les attitudes et comportements des salariés vis-à-vis de l’entreprise induisant des comportements non-productifs au travail et néfastes pour l’entreprise (pauses très longues, absentéisme, turnover, démotivation, comportements de vol, d’agression ou de sabotage).

La gestion de l’équité au travail est importante pour maintenir un bon climat social, préserver le capital santé et garantir le bien-être des salariés au travail.

(publié le 1er octobre 2020)