Association combinée de l’activité physique professionnelle et extra-professionnelle avec la mortalité : maladie coronarienne et autres causes de mortalité dans une cohorte d’hommes suivis pendant 22 ans
Combined association of occupational and leisure-time physical activity with all-cause and coronary heart disease mortality among a cohort of men followed-up for 22 years

G.Harari, M. Green,S. Zelber-Sagi Occupational and Environmental Medicine, 2015, vol 72, n°9, pages 617-624. Bibliographie.

L’activité physique extra-professionnelle (LTPA) est un facteur de protection bien établi pour la mortalité cardiovasculaire et autres causes de mortalité alors que l’activité physique professionnelle (OPA) a montré des résultats contradictoires. Cette enquête israélienne s’est penchée sur l’association entre l’OPA et la mortalité cardiovasculaire (CHD) et les autres causes de mortalité et a testé ses effets combinés avec la LTPA.
L’étude CORDIS (étude sur la détermination de facteurs de risque professionnel sur la maladie cardio-vasculaire en Israël) est une étude de cohorte prospective de travailleurs de l’industrie examinés de 1985 à 1989 et suivis pendant 22 ans. Ces données auto-rapportées sur l’OPA et la LTPA chez 4 829 hommes (âgés entre 20 et 70 ans) ont été fusionnées avec les causes de mortalité toutes causes et CHD à partir du registre national des décès.

Un taux d’incidence plus élevé de la mortalité toutes causes et par CHD a été observé chez les hommes ayant effectué une OPA modérée-dure par rapport à ceux n’ayant accompli aucune activité physique ou une activité physique douce. Une analyse de régression multiple basée sur le modèle de Cox a montré que l’OPA modérée ou dure était associée avec un risque augmenté de mortalité toutes causes confondues (RR = 1,42 ; IC 95 % de 1,16 à 1,74, p<0,001) tandis que la LTPA (30 minutes au moins deux fois par semaine versus moins ou pas du tout) a été associée à un risque réduit de mortalité toutes causes confondues (RR = 0,61 ; IC 95 % de 0,48 à 0,79 ; p < 0,001), après ajustement pour des facteurs de confusion potentiels, y compris les variables socio-démographiques, l’indice de masse corporelle, la co-morbidité et les habitudes de vie. Les employés qui effectuaient une OPA modérée ou dure et pas de LTPA avaient le risque le plus élevé pour toutes causes de mortalité et les employés qui n’effectuaient aucune activité physique ou une activité physique douce (OPA) et une LTPA avaient le risque le plus faible. De façon identique mais non significative, une tendance a été observée pour l’association avec la mortalité coronarienne.
Ainsi, une OPA modérée ou dure chez les hommes du secteur de l’industrie peut être nocive pour la santé et ne devrait pas être un substitut à la LTPA.

(publié le 17 décembre 2015)