Conduite professionnelle et prolapsus du disque inter-vertébral diagnostiqué par imagerie par résonance magnétique : une étude cas-témoin.
Professional driving and prolapsed lumbar intervertebral disc diagnosed by magnetic resonance imaging : a case-control study

K. Palmer, M. Griffin, G. Ntani, J. Shambrook, P. McNee, M. Sampson, C. Clare Harris, D. Coggon Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2012, vol 38, n°6, pages 577-581. Bibliographie.

L’objectif de cette étude anglaise était d’examiner si les vibrations corps entier (VCE) sont associées à l’existence de prolapsus du disque inter-vertébral (PIV) et atteinte des racines nerveuses chez les patients atteints de lombalgies et ayant eu une imagerie par résonance magnétique (IRM). Pour cela, des séries de patients, ayant eu une IRM lombaire du fait de l’existence de lombalgie, ont été comparées avec des sujets contrôles ayant eu une imagerie par rayons X pour d’autres motifs.

Les sujets ont répondu à des questions concernant leurs activités professionnelles pouvant avoir une répercussion sur leur rachis, les risques psychosociaux, la conduite, leurs caractéristiques personnelles, leur santé mentale et certaines croyances à propos des lombalgies. L’exposition aux VCE était évaluée par six items, incluant la durée de la conduite professionnelle par semaine, le nombre d’heures de conduite sur une période donnée, et l’équivalent sur 8 heures de travail de la mesure des VCE.

Les cas ont été classés en 2 catégories selon qu’ils avaient ou non des PIV/ atteintes des racines nerveuses. Des associations avec les VCE ont été examinées, séparément pour les cas avec et sans IRM, avec des ajustements sur l’âge, le sexe et d’autres facteurs de confusion.

237 cas et 820 témoins ont été étudiés incluant 183 conducteurs professionnels et 176 cas avec PIV et/ou atteintes des racines nerveuses. Les sujets exposés aux VCE avaient tendance à avoir moins de PIV / atteinte des racines nerveuses mais certains avaient des risques augmentés de lombalgies sans ces anomalies. Cependant, les associations avec les 6 items de mesure de l’exposition aux VCE étaient toutes faibles et statistiquement non significatives. Aucune relation dose-effet, ni augmentation du risque de PIV / atteinte des racines nerveuses chez les conducteurs professionnels, ou exposition au-delà des normes européennes journalières d’exposition aux VCE n’était retrouvée.

Les VCE peuvent causer des lombalgies mais celles-ci ne sont pas associées avec des PIV ou atteinte des racines nerveuses dans cette étude.

(publié le 18 février 2013)