Différences dans l’association entre les arrêts maladie et la santé sous-optimale à long terme selon le statut professionnel : un suivi de 14 ans dans la cohorte GAZEL

Differences in the association between sickness absence and long-term sub-optimal health by occupational position : a 14-year follow-up in the GAZEL cohort J. Ferrie, M. Kivimäki, H. Westerlund, J. Head, M. Melchior, A. Sing-Manoux, M. Zins, M. Goldberg, K. Alexanderson, J. Vahtera Occupational and Environmental Medicine, 2011, vol 68, n°10, pages 729-733. Bibliographie.

Bien que les arrêts maladie soient un prédicteur fort de santé, la variation de cette association selon le statut professionnel a été rarement étudiée. Le but de cette enquête anglo-franco-finlandaise était de vérifier si les arrêts maladie globaux et par diagnostic spécifique de leur cause étaient prédicteurs de la santé sous-optimale à long terme selon le statut professionnel.

Il s’agissait d’une enquête prospective de cohorte professionnelle de 15 320 employés (73 % d’hommes) âgés de 37 à 51 ans. Les arrêts maladie (entre 1990 et 1992), inclus dans 13 catégories de diagnostic, ont été examinés selon le statut professionnel en relation avec l’état de santé auto-évalué annuellement au cours de la période allant de 1993 à 2006. Aucun arrêt maladie n’est survenu pour 60 % des employés au statut professionnel le plus élevé et pour 22 % de ceux au statut professionnel le moins élevé. Inversement, 9,5 % des employés au statut le plus élevé et 40 % de ceux au statut le moins élevé ont eu plus de 30 jours d’arrêt maladie. Des analyses par régression logistique répétées ajustées par l’âge, le sexe et les affections chroniques ont montré que les employés avec plus de 30 jours d’arrêt, par rapport à ceux avec aucun arrêt, avaient approximativement doublé le risque de santé sous-optimale au cours des 14 années de suivi quel que soit leur statut professionnel. De 1 à 30 jours d’arrêt maladie était associé avec des odds ratios plus élevés de santé sous-optimale dans le statut le plus élevé (OR 1,48 ; IC 95 % 1,27 à 1,72) et le statut intermédiaire (1,29 ; 1,15 à 1,45) mais pas dans les statuts les moins élevés (1,06 ; 0,82 à 1,38). Les différences selon le statut professionnel dans l’association entre arrêt maladie dans 13 catégories de diagnostic et la santé sous-optimale au cours des 14 années qui ont suivi, étaient limitées à des associations plus fortes observées avec le cancer et les troubles mentaux dans les statuts professionnels les plus élevés.

En conclusion, l’association entre les arrêts maladie de plus de 30 jours au cours des 3 premières années de suivi et l’état de santé auto-évalué à long terme apparaît être peu différent selon le statut professionnel.

(publié le 12 avril 2012)