Etudes épidémiologiques transversales

N. Massin, V. Demange, E. Bourgkard Encyclopédie Médico-Chirurgicale, Elsevier Masson SAS, Issy-les-Moulineaux, Pathologie professionnelle et de l’environnement, 2011, 16-865-A-10, 7 pages. Bibliographie.

Dans les études épidémiologiques transversales, les sujets inclus font l’objet d’une investigation de durée limitée, permettant d’appréhender les phénomènes présents au moment de l’enquête.
Ces études transversales se distinguant en études descriptives et en études analytiques (ou étiologiques), nécessitent le respect d’un certain nombre de mesures réglementaires telles que le consentement de chaque personne participant à l’enquête.

  • Les études descriptives étudient la fréquence et la distribution des maladies, ce qui permet d’obtenir des statistiques et des informations sur la fréquence d’une donnée de santé dans une population et d’émettre des hypothèses qui peuvent être ensuite testées dans une étude analytique.
    Ces études descriptives nécessitent une correspondance entre les objectifs et la population (il faut donc réaliser les études sur l’ensemble de la population ou sur un échantillon représentatif de celle-ci) et ne comprennent qu’un examen unique des individus, ce qui veut dire que plus l’enquête dure longtemps, plus on a de chance qu’une maladie ou un symptôme soit pris en compte.
  • Les études transversales analytiques essayent de vérifier une hypothèse et de mettre en évidence une relation si elle existe entre une exposition et un effet. Le nombre de participants doit être calculé pour assurer une puissance statistique suffisante. Les populations incluses comportent des sujets exposés et des sujets non exposés. Le mode de recueil des données doit être standardisé pour assurer la reproductibilité et la fiabilité des données ; suivent une analyse statistique en plusieurs étapes et enfin l’interprétation des résultats.

Ces études épidémiologiques transversales ont l’avantage de se faire sur une durée brève, ce qui en limite le coût.
Les limites de ces études tiennent d’une part à la temporalité de la relation entre exposition et maladie et d’autre part au mode de recrutement des sujets.
Enfin, il est possible de répéter ces études pour obtenir une vision longitudinale des phénomènes.

(publié le 19 septembre 2011)