Exposition professionnelle au bruit, classe sociale, et risque de mortalité par cardiopathie ischémique et par toute cause – un suivi de 16 ans dans l’enquête masculine de Copenhague

Occupational noise exposure, social class, and risk of ischemic heart disease and all-cause mortality – a 16-year follow-up in the Copenhagen male study P. Suadicani, H. Ole Hein, F. Gyntelberg Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2012, vol 37, n°5, pages 394-401. Bibliographie.

A long terme, l’exposition professionnelle au bruit peut être associée avec une augmentation du risque de cardiopathie ischémique et de la mortalité pour toute cause. Cependant, cette issue reste non établie. Seulement un petit nombre d’enquêtes longitudinales a été mené, et le contrôle des facteurs de confusion potentiels incluant une forte corrélation de l’exposition au bruit notamment avec la classe sociale peut avoir été insuffisant. Les auteurs danois ont conduit un suivi sur 16 ans de 2 998 hommes âgés de 53 à 75 ans indemnes de cardiopathie déclarée. Globalement, 197 hommes (6,6 %) sont décédés d’une cardiopathie ischémique et 1 192 (39,8 %) de toute cause. Sur les 2 998 hommes, 1 008 (33,6 %) ont signalé une exposition professionnelle au bruit pendant au moins 5 ans [moyenne 25,4 ans ; déviation standard (DS) 12,5 ans] ; parmi ces hommes, 47,3 % ont signalé une perte auditive versus seulement 24,8 % chez les hommes non exposés (63,0 %). En prenant comme référence les hommes non exposés au bruit, le ratio de risque (HR) pour la mortalité par cardiopathie ischémique était de 0,97 [intervalle de confiance à 95 % (IC 95%) 0,71 à 1,33], et le HR pour la mortalité de toute cause était de 1,01 (IC 95 % 0,89 à 1,15) une fois ajustés par les facteurs potentiels de confusion ; l’âge, la perte auditive, la tension artérielle, le diabète, le taux sérique de triglycérides et du HDL cholestérol, du LDL cholestérol, la glycosurie, le cancer, l’indice de masse corporelle, la consommation d’alcool, le tabagisme, l’activité physique pendant les loisirs et la classe sociale. Les analyses stratifiées des classes sociales élevés et basses ont confirmé les résultats globaux.

En conclusion, une exposition professionnelle cumulée au bruit était fortement associée avec une perte auditive, mais pas avec la mortalité tant par cardiopathie ischémique que de toute cause dans un suivi à long terme avec ajustement par les facteurs de risque cardiovasculaires établis incluant la classe sociale.

(publié le 23 août 2012)