L’association conjointe de la durée du sommeil et des symptômes d’insomnie avec la retraite pour inaptitude – une enquête longitudinale liée à un registre
The joint association of sleep duration and insomnia with disability retirement – a longitudinal, register-linked study

P. Haaramo, O. Rahkonen, E. Lahelma, T. Lallukka Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2012, vol 38, n°5, pages 427-435. Bibliographie.

L’objectif de cette enquête finlandaise était d’examiner l’association conjointe de la durée du sommeil et des symptômes d’insomnie avec la retraite pour inaptitude qui en découle.

Les données de départ de cette enquête ont été recueillies en 2000-2002 auprès d’employés de la ville d’Helsinki âgés de 40 à 60 ans, tous en activité professionnelle au départ de l’enquête. Les données de départ ont été liées avec les données de retraite pour inaptitude jusqu’à la fin de 2010, obtenues à partir des registres du Centre Finnois des Pensions (N = 6 042). La durée du sommeil et les symptômes d’insomnie (sommeil non réparateur et difficultés d’endormissement et de maintien du sommeil) ont été dérivés des enquêtes de départ. Les retraites pour inaptitude de toutes causes (N = 561) et les groupes de diagnostic les plus prévalents – troubles musculosquelettiques (43 %) et troubles mentaux (26 %) – ont été examinés. Des analyses par régression de Cox ont été utilisées pour produire des ratios de risque (HR) avec des intervalles de confiance à 95 % (IC 95%).

Une association conjointe de la durée du sommeil et des symptômes d’insomnie avec la retraite pour inaptitude a été trouvée, impliquant un risque plus élevé pour ceux ayant des symptômes d’insomnie. Les HRs pour toutes les causes de retraite pour inaptitude allaient pour ceux ayant des symptômes fréquents de 2,02 (IC 95 % 1,53 à 2,68 ; 7 heures de sommeil) à 3,92 (IC 95 % 2,57 à 5,97 ; 5 heures ou moins de sommeil). Les ajustements par la socio-démographie, le travail, et les facteurs liés à la santé atténuaient les associations, qui néanmoins perduraient. Les associations étaient similaires pour les deux groupes de diagnostics, quoique plus fortement pour ceux ayant des troubles mentaux.

En conclusion, des symptômes fréquents d’insomnie dominent l’association conjointe de la durée du sommeil et des symptômes d’insomnie avec la retraite pour inaptitude qui en découle. Examiner exclusivement la durée du sommeil fournirait une compréhension incomplète des conséquences d’un mauvais sommeil.

(publié le 14 janvier 2013)