La mortalité associée à l’irradiation externe chronique dans la cohorte combinée française de travailleurs du nucléaire
Mortality associated with chronic external radiation exposure in the French combined cohort of nuclear workers

C. Metz-Flamant, O. Laurent, E. Samson, S. Caër-Lorho, A. Acker, D. Hubert, D.B. Richardson, D. Laurier Occupational and Environmental Medicine, 2013, vol 70, n°9, pages 630-638. Bibliographie.

Les effets à long terme de l’exposition prolongée à de faibles doses de rayonnements ionisants sont étudiés dans une analyse combinée des travailleurs du nucléaire français employés par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), AREVA nuclear cycle (AREVA NC) et Electricité de France (EDF). Les associations entre la dose cumulée de rayonnement externe et la mortalité due aux cancers solides, la leucémie et les maladies de l’appareil circulatoire ont été examinés.

Tous les travailleurs embauchés par le CEA, AREVA NC et EDF entre 1950 et 1994 qui ont été employés pendant au moins 1 an, ayant eu un monitorage par badge pour l’exposition aux rayonnements ionisants et vivants le 1er janvier 1968 ont été inclus. Les données individuelles de l’exposition annuelle aux photons pénétrants (rayons X et rayons gamma) ont été récupérées pour chaque travailleur. Les estimations des associations dose-mortalité radiations ont été obtenues en utilisant un excès de risque relatif linéaire (ERR) du modèle de régression de Poisson.

Parmi les 59 021 travailleurs du nucléaire, 2 312 sont décédés de cancer solide, 78 de leucémie et 1 468 de maladies de l’appareil circulatoire au cours de la période 1968-2004. Environ 72 % de la cohorte avait une dose estimée cumulative non nulle, avec une dose cumulée moyenne de 22,5 mSv. Un ERR non significatif a été observé pour tous les cancers solides, leucémies hors leucémie lymphoïde chronique (LLC), maladies cardiaques ischémiques et maladies cérébro-vasculaires. Un ERR/Sv significatif a été retrouvé pour la leucémie myéloïde.

En conclusion, il s’agit de la première analyse combinée de grandes cohortes françaises de travailleurs du nucléaire. Les résultats sont cohérents avec les risques estimés dans d’autres cohortes de travailleurs du nucléaire et illustrent le potentiel d’une étude internationale conjointe pour produire des estimations de risque direct à l’appui des normes de radioprotection.

(publié le 10 décembre 2013)