Les données d’exonération du ticket modérateur pour affections de longue durée (ALD), source potentielle pour la surveillance des cancers d’origine professionnelle ?

D. Lauzeille, C. Dentan, P. Grosclaude, J-L. Marchand, L. Chérié-Challine Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) , 2012, n°5-6, pp.68-71
En France, 4,5 à 8% des cancers seraient liés à des expositions professionnelles, soit entre 14 000 et 26 000 nouveaux cas par an.
Dans l’objectif d’avoir le maximum d’informations à propos des taux d’incidence des cancers, plusieurs programmes ont été utilisés mais aucun n’a apporté d’informations concluantes. Les auteurs ont alors cherché à analyser la concordance des cas de cancers entre les données des registres et des affections longue durée (ALD) .
L’étude a porté sur 5 départements français et les indicateurs étudiés ont été la sensibilité et la valeur prédictive positive (VPP) pour chacun des trois cancers les plus concernés, c’est à dire, les cancers du poumon, de la vessie et les leucémies.
Les résultats montrent qu’il n’est pas possible d’utiliser les ALD seules de manière satisfaisante pour calculer des taux d’incidence de cancers par métier. Si la VPP pourrait être correcte, il n’est est pas de même pour la sensibilité. De plus, il est possible que la situation socioprofessionnelle des sujets atteints de cancers intervienne dans le fait qu’ils bénéficient ou non d’une ALD.
Il est prévu que l’Institut de veille sanitaire teste la possibilité de croiser les données de la caisse nationale d’assurance vieillesse contenant des informations professionnelles avec celles de registres.
(publié le 12 avril 2012)