Profession et risque de cancer de la tête et du cou chez l’homme. Résultats de l’enquête ICARE, une enquête française cas-témoin en population générale
Occupation and head and neck cancer risk in men. Results from the ICARE study, a french population-based case-control study

S. Paget-Bailly, F. Guida, M. Carton, G. Menvielle, L. Radoï, D. Cyr, A. Schmaus, S. Cénée, A. Papadopoulos, J. Févotte, C. Pilorget, M. Velten, A.V. Guizard, I. Stücker, D. Luce Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2013, vol 55, n°9, pages 1064-1073. Bibliographie.
L’objectif de cette enquête multicentrique française était d’explorer les associations entre les professions et le risque de cancer de la tête et du cou chez des hommes. ICARE est une enquête cas-témoin en population générale française sur les cancers de la tête et du cou. Les analyses ont inclus 1 833 cas et 2 747 témoins. L’histoire professionnelle complète a été recueillie. Les odds ratios (ORs) ont été estimés pour les professions et les industries toujours occupées et selon la durée de l’emploi. Des ORs élevés, augmentant avec la durée d’emploi, ont été observés pour plusieurs professions, comprenant les agents de propreté [OR = 1,7 ; intervalle de confiance (IC) 1,0 à 2,8], les employés de laverie (OR = 6,8 ; IC 1,3 à 34,4), les pompiers (OR = 3,9 ; IC 1,4 à 11,2), plusieurs métiers de l’agriculture, les soudeurs (OR = 1,9 ; IC 1,3 à 2,8), les préparateurs de structures métalliques et les monteurs de constructions métalliques (OR = 2,1 ; IC 1,2 à 3,7), les travailleurs du caoutchouc (OR = 2,0 ; IC 1,0 à 3,9), plusieurs professions du bâtiment et du transport de marchandises (OR = 1,8 ; IC 1,1, à 2,9). Les analyses par industries corroboraient ces résultats. En conclusion, ces résultats confirment le rôle des expositions professionnelles dans les cancers de la tête et du cou.
(publié le 30 janvier 2014)