Une enquête de l’impact du cancer sur l’emploi au Royaume-Uni
A UK survey of the impact of cancer on employment

K. Luker, M. Campbell, Z. Amir, L. Davies Occupational Medicine 2013, vol 7, n°63, pages 494-500. Bibliographie.

Les progrès dans la détection des cancers et leurs traitements ainsi que l’allongement de l’âge de la retraite font que plus de personnes seront, un jour, concernées pendant leur vie professionnelle par l’apparition d’un cancer.

Cette enquête britannique évalue l’impact du cancer sur les activités professionnelles, les conseils et le soutien pour le retour à l’emploi et le rôle des employeurs dans l’aide vis-à-vis de leurs employés atteints de cancer.

Une étude transversale d’un échantillon randomisé de personnes atteintes de cancer, à partir de 2 registres de cancer, a été mené au Royaume uni. Les personnes éligibles ont été invitées à participer via leur médecin généraliste (entre avril et octobre 2011) en remplissant un questionnaire en ligne ou par téléphone. Des pondérations ont été appliquées avant l’analyse statistique, afin que les résultats soient représentatifs des personnes atteintes de cancer dans le sondage. Au total, 382 personnes ont été incluses dans l’enquête ce qui représente 27 % de ceux invités à participer. Le travail à temps complet est tombé à 33 % après le diagnostic (53 % avant le diagnostic) ; et la moyenne du nombre d’heures travaillées est passée de 38 h par semaine à 32 heures. Seulement 48 % ont parlé de leur avenir professionnel avec leur équipe oncologique, et cela était associé avec plus d’heures travaillées (36,7 heures versus 29,4 heures) 77 % des employeurs ont été perçus comme étant favorables au retour à l’emploi et 56 % comme réceptifs à un retour progressif à l’emploi.

Il s’agit d’une des plus grandes enquêtes britanniques sur le sujet. Après un traitement contre le cancer, il existe une baisse significative du temps de travail. Moins de 50 % des salariés atteints de cancer ont évoqué avec leur équipe médicale leur avenir professionnel et ceux-ci travaillaient significativement plus d’heures. Cela indique qu’il peut exister des améliorations permettant le retour à l’emploi et en particulier dans le rôle à tenir des professionnels de santé.

(publié le 27 mars 2014)