Métiers et risques de cancer de la tête et du cou. Analyse groupée du consortium international INHANCE (consortium international sur l’épidémiologie des cancers de la tête et du cou)
Occupations and the risk of head and neck cancer. A pooled analysis of the international head and neck cancer epidemiology (INHANCE) consortium

P. Khetan, P. Boffetta, D. Luce, I. Stucker, M.P. Curado, A. Menezes, V. Wunsch-Filho, W. Ahrens, P. Lagiou, D. Serraino, L. Richiardi, K. Kjaerheim, D. Conway, P. Thomson, J. Muscat, D. Mates, H. Ramroth, G. Menvielle, T. Vaughan, H. Brenner, Y Amy Lee, C. La Vecchia, M. Hashibe, D. Hashim Journal of Occupational and Environmental Medicine, 2019, vol 61, n°5, pp. 397-404. Bibliographie.

L’objectif de cette étude internationale est l’analyse des associations entre le risque de cancer de la tête et du cou (HNC) et les activités professionnelles.
Les auteurs ont harmonisé les données sur les professions dans une analyse groupée de 8 839 cas de HNC et 13 730 cas témoins, dans le consortium international INHANCE (épidémiologie des cancers de la tête et du cou).

Une régression logistique a été utilisée pour estimer les odds ratio (OR) pour les associations entre les professions et le risque d’HNC. La fraction attribuable dans la population (FAP) a été calculée.
Une tendance à l’augmentation de risque de HNC a été observée avec une durée croissante d’emploi dans de nombreuses professions, tels que les cuisiniers (OR = 1,36 ; IC 95 % de 1,09 à 1,68), les agents de nettoyage (OR = 1,38 ; IC95 % de 1,13 à 1,69), les peintres (OR = 1,82 ; IC 95 % de 1,42 à 2,35). Le FAP pour ces professions a priori était de 14,5 % (IC 95 % de 7,1 % à 21,9%) pour le HNC.
Des associations ont été trouvées entre certaines professions et les risques de HNC, avec une relation durée-réponse.

(publié le 27 avril 2020)