Troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs : combien de cas peut-on prévenir ? Estimations à partir de la cohorte COSALI
Upper-extremity musculoskeletal disorders : how many cases can be prevented ? Estimates from the COSALI cohort

A. Nambiema, J. Bodin, N. Fouquet, S. Bertrais, S. Stock, A. Aublet-Cuvelier, A. Descatha, B. Evanoff, Y. Roquelaure Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2020, vol 6, n°46, pp. 618-628. Bibliographie.

Cette étude française vise à estimer la proportion et le nombre de cas incidents de troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs (UEMSD) attribuables à des facteurs de risques professionnels dans une population active.

Entre 2002 et 2005, des médecins du travail ont sélectionné, au hasard, 3 710 travailleurs âgés de 20 et 59 ans de la région Pays de la Loire (PdL). Tous ont bénéficié d’un examen clinique standardisé.
Entre 2007 et 2010, 1 611 travailleurs ont été examinés à nouveau.
Cette étude a inclus 1 246 travailleurs qui étaient exempts, initialement, de 6 principaux troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs, mais qui ont été diagnostiqués avec au moins un de ces troubles lors du suivi [5 % d’hommes, âge moyen : 38 ans (écart type : 8,6 ans)]. Les risques relatifs et les fractions attribuables en population (PAF) ont été calculés à l’aide de modèles multivariables de Cox avec un temps de suivi égal et une variance robuste.

Le nombre total de cas incidents d’UEMSD dans la région PdL a été estimé, après ajustement sur le poids de l’échantillon, en utilisant les données du recensement de 2007. Le nombre estimé d’UEMSD potentiellement évitable a été calculé en multipliant le PAF par le nombre total de cas incidents d’UEMSD en Pays de Loire.

Lors du suivi, 139 nouveaux cas d’UEMSD (11 % de l’échantillon de l’étude) ont été diagnostiqués. Cela représentait une estimation de 129 320 cas incidents en PdL en 2007. Après ajustement sur des facteurs individuels, personnels, 26 381 (20,4 % de tous les cas incidents) ont été attribués à un effort physique important, 16 682 (12,9%) à un faible soutien social et 8 535 (6,6%) avec le fait de travailler avec les bras au-dessus du niveau des épaules.

Un grand nombre et une proportion importante de cas incidents de troubles musculo-squelettiques des membres supérieurs peuvent être évités en réduisant les expositions professionnelles aux efforts physiques ou avec les bras au-dessus du niveau des épaules ainsi qu’en améliorant le soutien social de la part des collègues et supérieurs.

(publié le 11 janvier 2021)