Utilisation de glyphosate et associations avec les principaux sous-types histologiques des lymphomes non-Hodgkiniens : résultats d’un projet commun américain
Glyphosate use and associations with non-Hodgkin lymphoma major histological sub-types : findings from the North American pooled project

M. Pahwa, L. Freeman, J. Spinelli, A. Blair, J. Mc Laughlin, S. Zahm, K. Cantor, D. Weisenburger, P. Pahwa, J. Dosman, P. Demers, S. Harris Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2019, vol 45, n°6, pp. 600-609. Bibliographie.

Certaines études épidémiologiques ont évoqué des associations positives entre l’utilisation de glyphosate et le lymphome non-Hodgkinien (LNH), mais les niveaux de preuve sont inconstants et peu d’études ont pu évaluer les sous-types histologiques. Cette étude nord-américaine s’intéresse à cette association ainsi qu’à l’incidence globale de LNH par sous-types histologiques dans une analyse groupée d’études cas-témoins.

L’analyse a inclus 1 690 cas de LNH (647 lymphomes diffus à grandes cellules B (DLBCL), 468 lymphomes folliculaires (LF), 171 leucémies lymphoïdes chroniques à cellules B (SLL) et 404 autres sous-types, ainsi que 5 131 cas contrôles.
Une régression logistique a été utilisée pour estimer les odds ratios ajustés (OR) et leur intervalle de confiance à 95 % pour les LNH et les sous-types avec auto-évaluation de la durée, de la fréquence et du nombre de jours d’utilisation ou non du glyphosate.

Les sujets ayant déjà utilisé du glyphosate présentaient un excès global de LNH (OR = 1,43 ; IC 95 % de 1,11 à 1,83). Après ajustement pour les autres pesticides, l’OR du LNH avec « utilisation répétée » était de 1,13 (IC 95 % de 0,84 à 1,51) avec une association statistiquement significative pour la manipulation du glyphosate supérieur à 2 jours/an (OR =1,73 ; IC 95 % de 1,02 à 2,94) ; p = 0,2). Dans les analyses ajustées sur les sous-types histologiques, la mesure ordinale du nombre de jours en vie était statistiquement significative (p = 0,05) pour le SLL et les associations étaient élevées mais statistiquement non significatives, pour les années ou jours/année d’utilisation. La manipulation du glyphosate plus de 2 jours/an présentait un excès de DLBCL (OR = 2,14 ; IC 95 % de 1,07 à 4,28 ; p = 0,2). Cependant, pour les autres sous-types, des modèles d’associations cohérents entre différentes mesures n’ont pas été observés.
Il existe quelques preuves limitées d’association entre utilisation de glyphosate et le LNH. Les associations suggérées, en particulier pour le SLL, méritent une attention particulière.

(publié le 27 avril 2020)