Prévalence et prédicteurs d’occurence de blessures chez les danseurs de hip-hop : étude prospective

E. Ursej, D. Sekulic, D. Prus, G.Gabrilo, P. Zaletel Médecine des Arts, vol.88, pp.40-45. Bibliographie

La danse hip-hop a beaucoup évolué depuis sa création à la fin des années 1960 et comprend maintenant de nombreux styles de danse, mettant les danseurs dans des situations différentes exigeant un large éventail d’aptitudes physiques et de performance directement influencée par leurs capacités d’équilibre, d’autant que les chorégraphies deviennent de plus en plus complexes, constituées d’éléments acrobatiques, exécutés rapidement avec des sauts et des chutes au sol mais aussi de jeux de pieds rapides et complexes, de flexions de jambes très importantes, de torsions et de changements rapides dans des positions non naturelles du corps.
Par rapport aux autres danseurs, les danseurs de hip-hop connaissent une incidence de blessures élevée.
Une étude prospective de l’occurrence des blessures a été menée auprès de 129 danseurs de hip-hop de Slovénie dont 114 femmes pendant une période de trois mois, afin d’évaluer les indices anthropométrie/composition corporelle et la performance d’équilibre dynamique comme prédicteurs spécifiques de l’occurrence des blessures.
La performance de l’équilibre a été mesurée par le Star Excursion Balance Test (SEBT), considéré comme un test d’équilibre dynamique représentatif et fiable pour les personnes physiquement actives.
Les blessures ont été enregistrée s à l’aide du questionnaire Oslo Sports Trauma Research Center Overuse Injury (OSTRC).
En tout, 101 blessures ont été rapportées sur environ 10 400 heures d’exposition (90 h par danseur). En moyenne, chaque danseur a souffert de 0,78 blessure sur la période de 3 mois ( 0,76 pour les femmes et 0,93 pour les hommes sans différence significative selon le genre). 17% des danseurs ont rapporté plusieurs blessures (deux pour 10% d’entre eux, trois pour 6% et quatre pour un danseur).
Le genou est le site le plus fréquemment blessé ( 43% de toutes les blessures), puis le dos (33%) et la cheville (15%). Les hommes sont plus fréquemment blessés à l’épaule que les femmes (20% versus 9%) en raison des rotations dynamiques sur une main qui sont surtout exécutées par la gente masculine.

Cette enquête montre bien que les danseurs ayant un meilleur équilibre sont moins susceptibles de se blesser.
Aucune association significative n’a été démontrée concernant les caractéristiques anthropométriques et les indices de composition corporelle sur l’occurrence des blessures.
Des études complémentaires devraient s’intéresser aux capacités et aux caractéristiques qui pourraient être liées à l’occurrence de blessures dans certaines régions du corps.

(publié le 18 mars 2020)