Un syndrome de sursollicitation (Occupational overuse syndrome) chez le musicien : le pharyngocèle

S. Bickert, R. Gy, D. Ait Ali Yahia Médecine des Arts, n°90, pp.50-58. Bibliographie

Un homme professeur de bombarde ayant plus de 20 ans de pratique musicale présente lors du jeu, un gonflement unilatéral cervical, qui ne se produit pas lors de la pratique de la flûte irlandaise.
La bombarde fait partie de la famille des hautbois et a été utilisée pendant des siècles par les sonneurs pour animer les grandes fêtes paysannes où il fallait sonner fort et longtemps. Personne n’avait connaissance de la respiration abdominale. Ce n’est que dans les années 1980 que cette respiration s’est développée parmi les sonneurs ayant reçu une formation sur un instrument classique tel que le saxophone ou le hautbois.

La démarche diagnostique a inclus une échographie, une imagerie par résonance magnétique (IRM) et un scanner, qui a permis de poser avec certitude le diagnostic de pharyngocèle bilatéral prédominant à gauche sans complications à proximité, mais avec mobilisation de certaines structures avoisinantes".

Suite à ce diagnostic, une enquête de prévalence a été réalisée, à partir d’un questionnaire diffusé par courriel à l’ensemble des sonneurs bretons, avec demande de diffusion. Sur les 106 réponses, 60% rapportent des déformations du visage, la plupart du temps, de gonflements des lèvres et des joues, mais 36 sonneurs présentaient un gonflement cervical. 61% affirment que la bombarde leur a entrainé des blessures aux lèvres et aux joues et des lombalgies. Mais parmi les musiciens étudiés, 75% n’ont pas modifié leur technique instrumentale pour diminuer les gonflements du cou.

Le pharyngocèle considéré comme un syndrome de sursollicitation ne nécessite aucun traitement, mais une surveillance et un diagnostic différentiel afin d’écarter une complication qui nécessiterait une prise en charge.

Cet article s’articule en quartes parties : l’histoire de la bombarde et ses spécificités, un rappel anatomique de la région cervicale, la démarche diagnostique de ce gonflement cervical et les résultats de l’étude de prévalence.

(publié le 12 février 2021)