Exposition professionnelle aux rayonnements ionisants et excès de risque additif de l’incidence de la cataracte dans une cohorte américaine de manipulateurs radio
Occupational radiation exposure and excess additive risk of cataract incidence in a cohort of US radiologic technologists

M.P. Little, E.K. Cahoon, C.M. Kitahara, S.L. Simon, N. Hamada, M.S. Linet Occupational and Environmental Medicine, 2020, vol 77, n°1, pp. 1-8. Bibliographie.

De précédentes études portant sur la cataracte dans la population exposée aux rayonnements ionisants ont évalué le risque relatif ; l’excès de risque additif radiogénique (EAR), sans doute plus important en santé publique, n’a pas été estimé. Une étude antérieure portant sur une vaste cohorte prospective de manipulateurs radio (USRT) a quantifié l’excès de risque relatif de cataracte par rapport à la dose professionnelle de rayonnements ionisants. L’objectif de cette enquête américano-japonaise est d’évaluer l’EAR de la cataracte.

Les auteurs ont estimé les EAR de cataracte/chirurgie de la cataracte dans la cohorte USRT, en utilisant des modèles additifs généralisés en lien avec l’exposition professionnelle aux rayonnements ionisants et évalué la modification du risque en sélectionnant a priori des facteurs de risque de cataracte [diabète, indice de masse corporelle, tabagisme, ethnie, genre, année de naissance, exposition aux ultraviolets B (UVB)].

Il y a eu 11 345 cataractes diagnostiquées et 5 440 chirurgies de la cataracte, respectivement, pendant les 832 462 à 888 402 personnes-années de suivi. _L’exposition professionnelle cumulée aux rayonnements était associée avec une cataracte auto-rapportée, mais pas avec une chirurgie de la cataracte. Il existait une variation marquée (p< 0,001) de l’EAR selon l’âge et le statut diabétique, avec un risque plus élevé chez les personnes de 75 ans et plus et chez les diabétiques.
De même, parmi ceux exposés aux UVB
(p = 0,045), les personnes de type caucasien (p = 0,056) et chez ceux ayant des niveaux élevés de consommation tabagique (p = 0,062). Un risque additif élevé a été observé pour des doses estimées de rayonnements sur le cristallin <100mGy (p = 0,004) sans courbure dose-réponse (p = 0,903).

Cette étude suggère que des risques additifs élevés de cataracte sont associés avec une exposition à de faibles doses de rayonnements. S’ils étaient confirmés, ils pourraient avoir des implications importantes en clinique et en santé publique pour les travailleurs exposés professionnellement aux rayonnements, ainsi que pour la mise en place de mesures réglementaires.

(publié le 11 mai 2020)