Violence envers les médecins. Une étude observationnelle dans le nord de l’Italie.
Violence on doctors. An observational study in Northern Italy

A. Firenze, OE. Santangelo, V. Gianfredi, E. Alagna, F. Cedrone, S. Provenzano, G. La Torre La Medicina del Lavoro, 2020, vol. 111, n°1, pp. 46-53. Bibliographie.

La violence au travail est désormais universellement reconnue comme un problème mondial important de santé publique et l’un des problèmes les plus graves affectant le secteur des soins de santé. Cette enquête italienne évalue la prévalence de la violence au travail dans ce secteur.

Les auteurs ont effectué une étude transversale multicentrique par questionnaire anonyme chez des médecins du nord de l’Italie. Des informations socio-démographiques, le nombre d’années travaillées dans le secteur de la santé et les agressions physiques et verbales survenues sur le lieu de travail ont été recensés au cours des 12 mois précédant l’étude.

L’échantillon se compose de 4 545 médecins dont 2 603 (57,27%) sont des femmes. L’âge moyen de l’échantillon est de 49,79 ans (± 12,63 DS).
Le risque d’être victime d’une agression physique au travail au cours des 12 derniers mois est significativement associé aux variables indépendantes suivantes : le genre masculin (OR ajusté = 2,09 ; IC95 % de 1,51 à 2,88), le travail dans le secteur public (OR ajusté = 2,57 ; IC 95 % de 1,72 à 3,85), le fait d’être victime d’une agression verbale au cours des 12 derniers mois (OR ajusté = 22,52 ; IC 95 % de 10,97 à 46,20), le travail dans des unités opérationnelles du domaine du soin médical (OR ajusté = 2,36 ; IC 95 % de 1,33 à 4,21) et le type de service (service d’urgences, soins de suite, médecine générale) (OR ajusté = 1,97 ; IC 95 % de 1,04 à 3,74).
La prévalence des comportements violents est difficile à évaluer car les actes de violence sont sous déclarés voire non déclarés. Les résultats de cette étude suggèrent qu’une sensibilisation plus importante est nécessaire pour mettre en place des stratégies de contrôle efficaces aux niveaux individuel, hospitalier et national.

(publié le 16 septembre 2020)